Navigation – Plan du site
In Memoriam

Claude Dubar (1945–2015)

Didier Demazière
p. 1-7

Texte intégral

1Claude Dubar est décédé dans sa soixante-dixième année. Il est devenu, au fil d’une carrière qui débute dans le contexte de mai 1968, une figure incontournable de la sociologie du travail, et de la sociologie plus largement. Il fut tout à la fois un chercheur créatif et productif, un entrepreneur enthousiaste et passionné, un professionnel engagé et exigeant, un enseignant charismatique et éblouissant, un collègue chaleureux et stimulant. Je voudrais évoquer la place — et les multiples rôles — qu’il a tenus au sein de la sociologie française, en me fondant sur des souvenirs personnels et sur les échanges réguliers que j’ai eus avec lui au cours des trente dernières années. Pendant cette période il a été pour moi un enseignant, un directeur de thèse, un éditeur, un directeur de laboratoire, un collègue avec qui j’ai partagé de multiples projets (recherches de terrain, écriture d’articles et livres, création du laboratoire Printemps notamment), et il est devenu un ami, cher.

2Ce qui frappait le plus chez lui sans doute, pour ceux qui l’ont côtoyé à l’occasion d’une soutenance de thèse, dans une séance de séminaire, lors d’un colloque, d’un comité de rédaction, d’un cours, d’une discussion scientifique, d’une enquête de terrain, c’est son énergie, sa curiosité, sa générosité, son enthousiasme. Son activité a été intense et débordante, et en suivant le fil de sa biographie je ne pourrai qu’en suggérer la richesse. Mais, à partir de quelques repères, correspondant à ses grandes enquêtes, à ses ouvrages, à ses engagements professionnels, je tenterai de rendre compte des questions sociales auxquelles il tenait, des propositions théoriques qu’il a avancées, des convictions éthiques qu’il a défendues.

3Claude Dubar appartient à la génération qui est attirée par la sociologie pour sa dimension de critique sociale. Il opte pour la discipline au moment où il obtient l’agrégation de philosophie, après une classe préparatoire en mathématiques, et devient immédiatement assistant à l’Université des Sciences et Techniques de Lille, en 1967. Il a alors une expérience militante importante, acquise au sein de la Jeunesse Étudiante Chrétienne, où il exerce des responsabilités nationales alors qu’il est encore lycéen, et en tant que militant actif à l’Union Nationale des Étudiants de France. Il est alors sympathisant du Parti Communiste Français, dont il sera membre entre 1973 et 1983. Cette génération, c’est aussi celle qui aura la lourde tâche d’accompagner et structurer le développement de la discipline en France, favorisé par la massification progressive de l’enseignement supérieur qui débute à la fin des années 1970. Son engagement sera aussi tourné vers le développement et la structuration de la communauté des sociologues et l’explicitation et l’affirmation d’une déontologie de la recherche et de l’enseignement.

4En tant qu’assistant déjà, il prend une part active à la réorganisation de l’enseignement de la sociologie à Lille, avec d’autres jeunes collègues. Ils introduisent et mettent en œuvre un principe simple, mais révolutionnaire pour l’époque : la sociologie doit s’apprendre par la pratique, en participant à des recherches de terrain, par l’expérience concrète, par l’enquête directe. Dans cette perspective, des groupes de recherche sont organisés, en vue de réaliser des enquêtes empiriques collectives, de traiter les matériaux, d’amorcer une théorisation et de rédiger des mémoires. Parallèlement les enseignements de méthodes sont diversifiés, avec l’introduction de cours en statistiques, mathématiques, puis informatique. S’affirme ainsi une conception empirique — mais non empiriste — de la discipline, qui se diffusera, dans les décennies suivantes, rompant avec une tradition spéculative encore bien implantée dans les universités à cette époque.

5Après avoir soutenu sa thèse de troisième cycle sur la formation des éducateurs spécialisés (Dubar, 1970), il passe deux années à Beyrouth, au titre du service national de coopération, où il enseigne la philosophie et la sociologie à des étudiants libanais. Il y transfère les principes d’enseignement par l’enquête, en organisant une recherche de terrain portant sur les classes sociales dans le contexte libanais. Cette expérience d’une recherche collective, associant les étudiants et des collègues de différentes disciplines, débouche sur la rédaction d’un livre (Dubar et Nasr, 1976). Nombre de ses travaux ultérieurs seront aussi le produit de collectifs fédérant des membres de statuts, disciplines et expériences différents.

6De retour en France en 1973, il intègre le CNRS, comme d’autres de sa génération, avant de devenir maître-assistant, à l’Institut de sociologie de Lille. Il se consacre alors à des recherches collectives ainsi qu’à la rédaction de sa thèse de doctorat d’État, préparée sous la direction de Raymond Boudon, et portant sur les évolutions de la formation professionnelle (Dubar, 1980a). Il en tire un livre (Dubar, 1984) dont la sixième édition refondue a paru quelques jours avant sa mort. Tout au long de sa carrière, il reste un des grands spécialistes de la formation professionnelle. C’est qu’il voit dans cet objet, à certains égards technique, un observatoire des inégalités sociales, un levier pour interroger les mobilités sociales et les appartenances professionnelles, pour mesurer les évolutions des écarts et distances entre classes ou groupes sociaux. Pendant la quinzaine d’années qu’il passe à l’Université de Lille, il développe plusieurs recherches collectives d’envergure portant sur ces questions. Il entreprend d’abord une série d’enquêtes centrées sur des expériences originales de formation en milieu minier : des « actions collectives de formation » visant à articuler la culture savante et la culture populaire, ouvrière. Les résultats montrent que de telles initiatives, visant le développement local de territoires en déclin, ne parviennent pas à réduire les inégalités en termes d’accès à la formation (Dubar, 1980b). Il avance ainsi que ces innovations, tout comme la formation professionnelle continue plus classique étudiée dans sa thèse d’État, ne corrigent pas les inégalités scolaires mais tendent au contraire à les reproduire et les renforcer. En montrant la fragilité de la thèse de la seconde chance, il contribue, à partir d’un point d’observation original (post-éducatif en quelque sorte), aux analyses critiques, nombreuses et très vives pendant cette période, des effets de reproduction du système éducatif.

7Ces chantiers de recherche collective débouchent sur la création, en 1978, d’un laboratoire, dont Claude Dubar prend la direction : le Laboratoire de sociologie du travail, de l’éducation et de l’emploi (LASTREE). Dans un contexte de montée du chômage, des jeunes notamment, dès la fin des années 1970, celui-ci est sollicité pour participer, avec d’autres équipes, à l’analyse d’un dispositif d’aide à l’insertion des jeunes les moins diplômés, voués à des emplois intermittents ou menacés d’exclusion. Les résultats de cette enquête, centrée sur les parcours et les expériences de ces jeunes (Dubar et al., 1987), montrent qu’une même condition sociale, dans ce cas dévalorisante, est investie de multiples façons, puisque des jeunes socialement semblables développent des logiques d’action très différenciées à l’égard de l’emploi, du travail, de la formation. Cela conduit Claude Dubar à mettre en discussion le poids des déterminations sociales, ou culturelles, sur les pratiques et conduites. Et sans rejeter tout déterminisme, il insiste alors sur l’importance des relations sociales concrètes, nouées avec des pairs, des professionnels, des membres de l’entourage, bref des partenaires des systèmes d’action. Ces conclusions portent en germe la théorisation relationnelle des identités qu’il développera à partir des années 1990. Elles participent aussi à une prise de distance croissante avec le marxisme en tant que cadre conceptuel. Elles inaugurent une période de réflexion théorique intense sur le concept, si central en sociologie, de socialisation. Une autre enquête collective d’envergure servira d’appui à ces approfondissements théoriques. Elle porte sur de grandes entreprises qui, dans une conjoncture de forte croissance économique (les trois glorieuses soit les années 1986-1989), sont engagées dans des processus dits de modernisation et où les changements sont accompagnés par des dispositifs spécifiques de formation. Cette recherche met en évidence les traits saillants d’une régulation postfordiste ou néo-libérale, caractérisée par une combinaison de traits : la recherche de flexibilité et d’ajustement aux aléas des marchés en vue d’accroître l’efficacité productive ; la promotion d’une conception transactionnelle du travail défini comme une activité de production orientée vers autrui (client, autre service…) dont il faut satisfaire la demande et résoudre les problèmes ; et la montée d’exigences nouvelles imposées aux salariés en termes de mobilité, d’entretien des compétences, d’amélioration de leur propre employabilité (Dubar et al., 1989). L’énigme des transformations des relations entre les salariés et leur entreprise (saisie à travers des acteurs, des rôles professionnels, des dispositifs, des procédures) est au cœur de cette recherche, déterminante ensuite pour la théorisation de la socialisation professionnelle et de la construction des identités.

8À la clôture de cette enquête collective, Claude Dubar s’installe à Paris et intègre, en 1988, le Centre d’études de recherches sur les qualifications (CEREQ), en tant que directeur d’un département (Professions et marché du travail). Il y travaille cinq années, avant d’intégrer un poste de professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, où il restera jusqu’à sa retraite en 2006. Ces mobilités inaugurent une période d’intenses activités, mêlant production intellectuelle et animation scientifique, mais aussi militantisme professionnel. Elles le conduisent à découvrir (sans doute) et approfondir (à l’évidence) les approches issues de la tradition de Chicago. Reprenant les matériaux de ses précédentes recherches, il développe alors une approche interactionniste du travail et des organisations, qui met l’accent sur les relations qui se nouent sur les lieux de production à propos du travail, de sa coordination, de sa régulation, de ses évolutions, mais aussi à propos des évaluations, des significations, des projections d’avenir, des perspectives de carrière. Cela le conduit à caractériser un basculement, d’amplitude variable selon les entreprises, d’une négociation collective vers des transactions plus locales et même interpersonnelles. Il forge alors le concept de double transaction pour penser l’articulation de deux processus au principe de la construction des identités professionnelles : une transaction biographique fondée sur des actes d’appartenance qui expriment des identifications cohérentes, et une transaction relationnelle fondée sur des actes d’attribution qui dispensent des (non-)reconnaissances (Dubar, 1991). Cette problématisation repose sur une hypothèse, interactionniste, de dualité du fonctionnement social, qui peut déboucher sur des combinaisons variées, cristallisées en formes identitaires multiples.

9Cette théorisation sociologique est aussi nourrie par un approfondissement méthodologique centré sur l’enquête par entretiens, en particulier les entretiens biographiques, orientés vers le recueil de mises en récit et conduits de manière à faire raconter ce qui s’est passé du point de vue de la personne au cours d’épisodes ou périodes de sa vie, partagés avec d’autres. Sa réflexion se concentre sur les méthodes de traitement et d’analyse des entretiens, orientées vers la réduction de la complexité d’un matériau forcément foisonnant. Elle conduit à proposer une théorie constructiviste du langage, à mettre en œuvre une démarche graduelle de théorisation, à expliciter les nombreuses opérations de traitement des matériaux langagiers, et ainsi à formaliser une analyse structurale des entretiens visant l’identification de logiques sociales de catégorisation (Dubar et Demazière, 1997). Cet investissement méthodologique est une réponse, parmi d’autres possibles, aux exigences de transparence et d’accountability, qu’il considère comme incontournables dans les sciences sociales, y compris dans les recherches qualitatives. Pour lui il s’agit moins de décrire par le menu une démarche en vue de sa duplication par d’autres, que de porter, par l’exemple, une critique implicite de l’opacité de certaines recherches, d’alerter sur les impératifs de la démarche de sociologie d’enquête (c’est à dire de la sociologie), et d’inciter à expliciter et justifier les opérations de base de toute recherche qualitative et, au-delà, sociologique.

10Son concept de forme identitaire est retravaillé dans son dernier livre, écrit pendant sa retraite, consacré à l’analyse d’un parcours individuel, celui d’un Indien du Brésil issu de l’ethnie Macuxi (Dubar et Paiva, 2012). L’exploration de ce cheminement identitaire, marqué par des tensions entre continuités et ruptures, a une forte dimension interprétative. Mais l’analyse des divers récits biographiques produits dans des conditions différentes (série d’entretiens face à face, flux d’échanges électroniques, écrit autobiographique) par le sujet de l’enquête est bien ancrée dans une démarche systématique, inspirée de l’approche explicitée précédemment. Et ce travail, très original puisqu’il repose sur l’étude d’un cas singulier, rend compte de la multiplicité des identités qu’un individu est à même de traverser, endosser et négocier au long de son parcours ; et c’est un argument supplémentaire, souligné par Claude Dubar, pour préférer parler de formes identitaires provisoires et changeantes plutôt que d’identité, tant ce concept est exposé au risque de fixité voire de naturalisation.

11Auparavant, il a développé l’analyse de la construction identitaire dans une autre direction, qui lui permet d’affirmer nettement les ambitions théoriques de la sociologie. Car c’est une discipline qui, selon lui, doit non seulement être en prise avec les problèmes de son temps, mais aussi avoir l’ambition de rendre compte des grandes transformations historiques. C’est avec cette visée qu’il réinterroge et élargit ses résultats, condensés dans un modèle tétrachorique. Il mobilise cette approche pour caractériser les changements intervenus dans la société française, depuis les années 1960, en matière de vie au travail mais aussi de vie privée et de croyances symboliques (religion, politique, etc.). Il en propose une interprétation, avançant que les formes héritées d’identification (culturelles, statutaires) ont perdu de leur légitimité quand des formes émergentes (réflexives, narratives) ne sont pas encore pleinement reconnues (Dubar, 2000). Il insiste alors sur la condition de nombre de nos contemporains, particulièrement sur les difficultés à se définir soi-même et à définir les autres, à faire des projets et à les faire reconnaître, à mettre en mots tant les parcours personnels que les histoires collectives. Il en propose enfin une explication adossée aux analyses de la dynamique des sociétés modernes, caractérisée par une tension entre des identifications défensives, de type « communautaire », et des identifications constructives mais incertaines, de type « sociétaire ». À travers ces variations des échelles et focales d’analyse, il propose une interprétation cohérente de changements sociaux, en faisant dialoguer des résultats empiriques solides et produits de manière rigoureuse avec des discussions précises d’une vaste production sociologique. Il met aussi en œuvre, à travers la série de ses livres, un programme sociologique fidèle aux exigences d’articulation étroite entre enquêtes approfondies de terrain, méthodes rigoureuses d’analyse, discussion critique serrée et propositions théoriques renouvelées.

12Parallèlement, il explore d’autres perspectives afin de rendre compte des rapports des salariés aux mutations à l’œuvre dans leurs univers de travail et des processus de restructuration des catégories et groupes professionnels dans les entreprises. Cela le conduit à réinterroger les transformations affectant les parcours professionnels, dans une période où la mobilité sociale classique, c’est à dire ascendante et positive, est concurrencée par des mobilités, inter comme intra-générationnelles, descendantes, contraintes, menaçantes, du fait de la progression des ruptures professionnelles, des difficultés d’insertion dans la vie active, des instabilités contractuelles. Il organise ainsi plusieurs séminaires portant sur ces questions (Dubar et Coutrot, 1992 ; Dubar et Gadéa, 1999). Il commence aussi, au début des années 1990, à investir le domaine de la sociologie des professions ou des groupes professionnels, qui constitue ensuite un des piliers du programme scientifique de son laboratoire (le Printemps). Dans ce domaine de recherche, il a œuvré pour fédérer des travaux épars, pour faire dialoguer les approches théoriques et les méthodes, pour donner une visibilité internationale à la recherche française. Ainsi il est de la petite équipe qui parvient à créer un groupe thématique « Sociology of the Professional Groups » au sein de l’Association internationale de sociologie (AIS ou ISA), à y organiser une activité scientifique intense et fédératrice (Dubar et Lucas, 1994), puis à le pérenniser avec le statut de Comité de recherche en 1998 alors qu’il en est le secrétaire. C’est aussi à cette période qu’il achève un gros manuel de sociologie des professions, enrichi et actualisé à plusieurs reprises depuis lors (Dubar et Tripier, 1998).

13Ayant entre-temps rejoint l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, il y impulse et coordonne la création d’un centre de recherche : le Printemps (PRofessions, INstitutions, TEMPoralitéS), fondé en 1995 et associé au CNRS depuis 1998. Ce laboratoire, qu’il dirigea jusque 2000, fut très important pour lui parce qu’il le conçut comme un lieu de réalisation de ses conceptions du travail sociologique, faites d’ancrages dans des collectifs diversifiés, de mobilisations sur des projets communs, d’échanges scientifiques intenses, de rejet des différences de statuts, d’apprentissages croisés, autant de principes et d’activités permettant le développement d’une socialisation professionnelle solide et exigeante au profit de tous les membres. Il engagea beaucoup de son énergie et de ses convictions dans ce laboratoire, comme il le fit aussi à l’échelle plus large de la discipline et de la communauté des sociologues auxquels il était si attaché.

14Ainsi prend-il, à la fin des années 1980, une part active dans la création de l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES). Il entre dans le bureau de l’équipe des fondateurs, fédérés autour d’un objectif de structuration d’une discipline confrontée alors à plusieurs menaces : celle de l’émiettement, alimentée par la forte croissance démographique ; celle de l’anomie, favorisée par la grande dispersion géographique (Internet et les boîtes mail n’existaient pas) ; celle de la dilution, annoncée par la refonte des sections du comité national engagée par le CNRS (qui débouche sur la subdivision de la sociologie entre les sections 36 et 40). Dès lors, il prend une part active aux réflexions menées sur la discipline — quelles sont les exigences d’une thèse, comment former à la sociologie, quelles insertions professionnelles envisager pour les étudiants, etc. — et à la diffusion d’une conception de la recherche qu’il a toujours pratiquée : celle d’une sociologie d’enquêtes de terrain, fondée sur un travail empirique, organisée de manière collective, contre une pratique purement livresque, spéculative et individuelle de la discipline. En 1999 il devient président de la Société française de sociologie (SFS), une société savante de faible taille dont les activités sont alors resserrées sur l’organisation d’épisodiques journées d’études. Or, l’absence d’organisation fédératrice à l’échelle de la discipline est très vivement ressentie à l’occasion de la soutenance, en Sorbonne en 1999, d’une thèse inscrite en sociologie et défendant l’astrologie comme discipline scientifique. Cette affaire (dite « affaire Teissier ») suscite une vague de vives protestations dans la profession et, au-delà, dans les milieux universitaires et de la recherche. Claude Dubar participe activement à ce mouvement. Car pour lui, cet événement risquait de ruiner les efforts collectifs de nombreux sociologues de sa génération pour faire de la sociologie une discipline reconnue, pour l’émanciper de la philosophie sociale et de l’essayisme mondain, pour l’ancrer dans le travail empirique et les exigences méthodologiques, et finalement pour conquérir une autonomie et une reconnaissance qui restent fragiles. Mais il considère lucidement et courageusement que la SFS ne pouvait fournir un cadre adéquat pour rassembler largement les sociologues autour du partage de manières de pratiquer la discipline (l’exigence de l’enquête empirique par exemple) et d’un accord sur des règles déontologiques (le pluralisme des jurys de thèse par exemple). Aussi, il organise en 2001 la dissolution de la SFS afin d’ouvrir un espace pour la création d’une nouvelle association plus fédératrice. L’Association française de sociologie (AFS) est créée l’année suivante, et elle prospère depuis.

15Alors qu’il est en retraite, il prend encore de fermes positions publiques, entre 2008 et 2010 notamment, pour dénoncer les pratiques organisées d’autopromotion au sein de la 19e section du CNU au profit d’une clique. Il propose des éléments d’analyse de ce qu’il considère comme des dérives éthiques, déontologiques et scientifiques frappant le groupe professionnel des sociologues, son groupe professionnel. Et il plaide pour des procédures garantissant que les représentants aient satisfait au principe élémentaire d’évaluation par les pairs (qu’ils soient connus des lecteurs des revues scientifiques de la discipline par exemple) et forment un ensemble assurant le pluralisme de la discipline (présence des grandes sensibilités du milieu et de ses grands champs de recherche).

16Au cours de ces années 2000, son intérêt pour les perspectives biographiques se renforce encore. Pour une part il s’élargit vers les dimensions temporelles des phénomènes sociaux, ce qui le conduit à s’engager dans la création et la direction de la revue pluridisciplinaire Temporalités, qui bénéficie désormais d’une visibilité et d’une reconnaissance pour lesquelles il a beaucoup œuvré. Pour une autre part, cet intérêt le conduit à s’essayer à différents genres d’écriture autobiographique. Surtout, il publie un excellent ouvrage sociologique qui rend compte de son expérience de chercheur. Significativement sous-titré un parcours d’enquêtes, il est destiné à transmettre sa conception de la pratique de la sociologie à ses collègues, de toutes générations (Dubar, 2006). Il y revisite quelques-unes des grandes enquêtes dans lesquelles il s’est impliqué, en les inscrivant dans leur contexte socio-historique et en montrant la variété des conditions de production de cette sociologie compréhensive qu’il a pratiquée. L’attention pour les expériences sociales des personnes enquêtées — de conditions fort variables — y occupe une place centrale, tout comme les opérations — aussi méthodologiques, voire techniques, que conceptuelles et théoriques — organisant la production des résultats à travers une série de traductions depuis les savoirs sociaux ordinaires jusqu’aux connaissances sociologiques. Il plaide aussi, dans cet ouvrage, pour une pluralité des manières de faire la sociologie, des paradigmes, des méthodes, des niveaux d’analyse, des définitions du social. Il y retrace un parcours personnel, avec son sillon propre, ses conceptualisations créatives, ses théorisations originales, ses ouvrages marquants. Ce parcours est inscrit dans de nombreux collectifs de travail, renouvelés au cours du temps, mais sans lesquels il ne pouvait concevoir son activité. Il y endossait des rôles multiples, de leadership : animation des débats scientifiques, fédération autour de projets, conseil en direction des moins expérimentés. Il y trouvait également à satisfaire son avidité pour l’échange d’idées, sa boulimie de références et de lectures, son intérêt pour d’autres manières de penser, son goût pour la convivialité aussi. Jamais il n’a entrepris de faire école, jamais il n’a voulu de disciple. Il préférait que chacun apprenne à réfléchir par lui-même, au cœur d’un cadre collectif. Et il se comportait en conséquence, en collègue qui savait écouter et conseiller, soutenir et donner confiance, fédérer et laisser de l’autonomie, mobiliser et stimuler.

17Son influence sur la trajectoire de la discipline et de la profession de sociologue a été forte au cours des dernières décennies. Elle n’est pas celle du mandarin — une figure qu’il exécrait, il ne s’en cachait pas — replié sur un territoire personnel défendu bec et ongles et animé par la volonté de faire école. Elle ne se limite pas plus à quelques concepts, théories ou ouvrages. Son héritage, c’est aussi une exigence professionnelle : celle de faire une sociologie d’enquête solidement étayée empiriquement et orientée vers la théorisation exigeante, une sociologie ouverte à la surprise du terrain et attentive aux travaux des pairs, une sociologie de découverte tendue entre approfondissement et renouvellement des idées. C’est aussi un système de valeurs et de principes de régulation professionnelle : l’ouverture au débat, la curiosité intellectuelle, le non-respect des strates statutaires, la critique de l’académisme, le souci de l’utilité de la sociologie.

18Repères bibliographiques

19Dubar, C., 1970. Idéologie et choix professionnels des éducateurs spécialisés. Thèse pour le doctorat de troisième cycle, sous la direction de Paul de Gaudemar, Université de Paris VIII.

20Dubar, C., Nasr, S., 1976. Les classes sociales au Liban. Presses de Sciences Po, Paris.

21Dubar, C., 1980a. La formation professionnelle continue en France : 1970-1980. Une évaluation sociologique. Thèse pour le doctorat d’État, sous la direction de Raymond Boudon, 2 tomes, Université de Paris IV.

22Dubar, C., 1980b. Formation permanente et contradictions sociales. Éditions sociales, Paris.

23Dubar, C., 1984. La formation professionnelle continue. La Découverte, Paris (sixième édition, 2015, avec le concours de C. Nasser).

24Dubar, C., Dubar, E., Feutrie, M., Gadrey, N., Hédoux, J., Verschave, E., 1987. L’autre jeunesse. Jeunes stagiaires sans diplôme. Presses universitaires de Lille, Lille.

25Dubar, C., Dubar, E., Engrand, S., Feutrie, M., Gadrey, N., Vermelle, M.-C., 1989. Innovations de formation et transformations de la socialisation professionnelle par et dans l’entreprise. Rapport du LASTREE pour le PIRTTEM.

26Dubar, C., 1991. La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles. Armand Colin, Paris (cinquième édition 2015).

27Dubar, C., Coutrot, L. (Eds), 1992. Cheminements professionnels et mobilités sociales. La Documentation française, Paris.

28Dubar, C., Lucas, Y. (Eds), 1994. Genèse et dynamique des groupes professionnels. Presses du Septentrion, Villeneuve d’Ascq.

29Dubar, C., Demazière, D., 1997. Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion. Nathan, Paris (deuxième édition 2004, Presses de l’Université Laval, Québec).

30Dubar, C., Gadéa, C., 1999. La promotion sociale en France. Presses du Septentrion, Villeneuve d’Ascq.

31Dubar, C., Tripier, P., 1998. Sociologie des professions. Armand Colin, Paris (quatrième édition, 2015, avec V. Boussard).

32Dubar, C., 2000. La crise des identités. L’interprétation d’une mutation. Presses universitaires de France, Paris (troisième édition, 2010).

33Dubar, C., 2006. Faire de la sociologie. Un parcours d’enquêtes. Belin, Paris.

34Dubar, C., Paiva, V., 2012. Le secret d’Alvino. Récits de vie d’un indien au Brésil. Les Belles Lettres, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Demazière, « Claude Dubar (1945–2015) », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 1-7.

Référence électronique

Didier Demazière, « Claude Dubar (1945–2015) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 21 janvier 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://sdt.revues.org/278

Haut de page

Auteur

Didier Demazière

Centre de sociologie des organisations (CSO), UMR 7116 CNRS et Sciences Po,
19, rue Amélie, 75007 Paris, France
didier.demaziere[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org