Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laëtitia Ogorzelec-Guinchard, Le miracle et l’enquête. Les guérisons inexpliquées à l’épreuve de la médecine

Presses universitaires de France, Paris, 2014, 264 p.
Florent Schepens
Référence(s) :

Laëtitia Ogorzelec-Guinchard, Le miracle et l’enquête. Les guérisons inexpliquées à l’épreuve de la médecine, Presses universitaires de France, Paris, 2014, 264 p.

Texte intégral

1En 1858, à Lourdes, une enfant du nom de Bernadette Soubirous aperçoit « quelque chose de blanc ayant la forme d’une petite dame » qui lui procure une grande sérénité (p. 43). Partant de cet événement, attesté par la seule visionnaire, Laëtitia Ogorzelec-Guinchard va dérouler une enquête s’appuyant sur un travail d’archives. Contrairement à ce que laisse supposer son étonnant sous-titre — vraisemblablement une facétie de l’éditeur qui aura vu là un moyen de toucher un public plus large —, il ne s’agit pas ici de rendre compte de la façon dont la science médicale valide des guérisons miraculeuses, mais bien plutôt de montrer comment des ecclésiastiques et des médecins catholiques et athées vont soumettre le miracle à la critique et donc le construire. Le miracle et l’enquête est un livre de sociologie de l’expertise.

2L’autrice, dans un premier temps, s’intéresse à la manière dont le problème — l’apparition et les miracles qui s’ensuivront — va être institué, selon le terme de John Dewey, pour être saisi. Trois enquêtes se succéderont : celle de la population de Lourdes, celle de l’administration et, enfin, celle de l’Église. La population va valider la réalité de la transe extatique et son origine divine, notamment grâce à des questions qui vont préformer les réponses : avait-elle une ceinture ? Celle-ci était-elle bleue ? Portait-elle un voile ? Alors que Bernadette Soubirous n’a jamais nommé sa vision, l’enquête va produire son objet. « D’une forme indéterminée et fragile, la vision est devenue une entité stable à laquelle on attribue des propriétés, un visage, un nom : “la Vierge” » (p. 46-47). La presse nationale se saisit de l’événement et on se rassemble alors autour de Bernadette dans la grotte où la Vierge apparaît. Cet attroupement inquiète les autorités. Le XIXe siècle considère la foule comme dangereuse : elle peut prendre la Bastille ou expulser les Prussiens de Paris. Les événements de Lourdes constituent alors un « désordre intolérable » (p. 23) qui appelle une enquête de l’administration sur les qualités morales et psychiques de la jeune femme : faut-il l’interner afin que cessent ces désordres ? Ceci se révèle inutile ; la ferveur populaire s’autonomise et se passe de la jeune bergère pour se focaliser sur la grotte et sa source, car la rumeur veut que celle-ci produise des guérisons miraculeuses. Puisque les débordements sont ici mystiques, l’État français va alors demander au clergé de canaliser cette foule.

3Les miracles ne sont-ils pas une aubaine pour l’Église, qui tient là la preuve de l’existence de Dieu à opposer aux sceptiques ? L’époque ne se prête guère à ce mode de preuve ; elle est au rationalisme conquérant. Dans ce contexte, c’est avec une grande prudence que l’Église va répondre à l’injonction de l’administration à se saisir des événements de Lourdes en mettant en œuvre une enquête épiscopale. Elle va créer une commission épiscopale dont la composition — onze ecclésiastiques — fera débat. Le milieu rationaliste s’enflamme : « Assemblés en un cénacle, onze apôtres inspirés, du Saint-Esprit possédés, vont proclamer le miracle. À l’enfer condamneront ceux qui en douteront » (p. 65), écrit en 1858 le commissaire de police de Lourdes.

4Pour sortir de l’impasse, la commission décide d’externaliser une partie de l’expertise. Elle fait appel à l’autorité médicale et crée le Bureau médical. En tant qu’homme de sciences, le médecin est jugé légitime et neutre. Il devient « la caution scientifique du miracle » (p. 78), ce qui va permettre d’apaiser les tensions sociales et d’ordonner les rassemblements de Lourdes. Si la médecine est dans l’incapacité d’expliquer une guérison, c’est que celle-ci est divine ; si la guérison est liée à l’apparition, alors l’apparition est divine. La foule prend une forme acceptable par tous : celle du culte marial.

5Les deuxième et troisième parties du livre montrent comment le dispositif d’expertise ecclésiastique s’organise et s’affine. La description et l’analyse des mécanismes de ce dispositif sont très fines et mériteraient de faire l’objet d’un développement que la longueur de cette note rend impossible. Dès lors, nous nous permettons de renvoyer le lecteur intéressé à ces magnifiques pages où est exposé le travail de lutte des différents experts (ecclésiastiques, médecins du Bureau médical, médecins athées) pour la constitution et la validation de la preuve ecclésiastique.

6L’autrice montre aussi dans ces parties comment l’alliance initiale entre médecine et Église va devoir se modifier en fonction de l’évolution de la discipline médicale. En effet, l’expertise médicale va devenir « un obstacle à la reconnaissance miraculeuse » (p. 229). Dans la première moitié du XIXe siècle, la médecine percevait la Nature comme totalisante ; son efficacité était alors contenue dans ce cadre et, au-delà de celui-ci, il fallait reconnaître une explication surnaturelle. Puis, dans la seconde moitié du XIXe siècle, la médecine devient une science expérimentale. Alors, « l’inexplicable n’est plus qu’un futur explicable inscrit dans la promesse d’un progrès scientifique indéfini » (p. 97). Le changement de paradigme rend problématique la proclamation de guérisons miraculeuses par l’Église. Le miracle et sa promulgation sont des prérogatives ecclésiastiques, le rôle des médecins étant de se prononcer sur le caractère inexplicable de la guérison. Cependant, la médecine moderne, celle que l’Église doit convoquer pour rester crédible, formule des hypothèses qui sont autant d’explications alternatives à la guérison. Les miracles actuels ne ressortent alors plus d’une preuve irréfutable, juste d’une conviction intime (p. 234).

7À travers une écriture vive, claire et érudite, L. Ogorzelec-Guinchard montre, dans ce beau livre de sociologie historique de l’expertise, à quel point le travail de construction des miracles est politique. La preuve médicale ne suffit jamais à faire le miracle ; encore faut-il être digne d’être un miraculé. Sur environ 7000 déclarations de guérison liées à Lourdes, la médecine en a reconnu 2000 comme étant inexpliquées mais l’Église n’en a attesté que 69 comme étant miraculeuses. Le miraculé doit être un bon chrétien, sinon la guérison peut être imputée au diable. Au-delà de cette dimension morale, on peut souligner l’importance de la presse qui transforme une « affaire locale » en cause catholique opposant les croyants aux anticléricaux et aux rationalistes. Sans cela, « que serait-il advenu des premières paroles fragiles et sans consistance de la jeune visionnaire ? » (p. 223).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Schepens, « Laëtitia Ogorzelec-Guinchard, Le miracle et l’enquête. Les guérisons inexpliquées à l’épreuve de la médecine », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 1 | Janvier-Mars 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://sdt.revues.org/420

Haut de page

Auteur

Florent Schepens

Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LASA)
EA 3139, Université de Bourgogne Franche Comté, UFR SLHS
30, rue Mégevand, 25030 Besançon Cedex, France
florent.schepens[at]univ-fcomte.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org