Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam

La Découverte, Paris, 2015, 296 p.
Claire de Galembert
Bibliographical reference

Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam, La Découverte, Paris, 2015, 296 p.

Full text

1Chercheuse au Centre d’analyse et d’intervention sociologique (CADIS), Nilüfer Göle reste fidèle à son agenda de recherche axé sur la rencontre entre l’islam et la modernité occidentale : ce livre s’inscrit dans le sillage de la réflexion qu’elle a inaugurée avec son étude sur le voile en Turquie (Göle, 1993) et poursuivie en se centrant sur l’« interpénétration » entre pratiques religieuses et pratiques séculières en Europe (Göle, 2005).

2Les événements récents (l’ouvrage est paru quelques semaines après les attentats de janvier 2015) dramatisent la portée de cette réflexion. À un moment où le multiculturalisme est battu en brèche et où le « tournant identitaire de l’Europe » tend à construire le musulman en ennemi intérieur, que peuvent nous apprendre les multiples controverses qui se nouent autour de l’islam ? « L’espace public européen a-t-il commencé à mettre en scène les conflits entre les civilisations, la confrontation entre l’islam et l’Occident ? » (p. 62).

3Pour répondre à cette question, N. Göle entreprend de crever l’écran des stéréotypes médiatiques qui ne cessent d’antagoniser les valeurs de l’islam et celles de la société européenne. L’ouvrage s’appuie sur les résultats d’une enquête collective de quatre ans (2009-2013) financée par le Conseil Européen de la Recherche. Cette enquête menée « par le bas » a cherché à recontextualiser les réalités vécues par les « musulmans ordinaires », des musulmans qui, dans leur diversité, s’attachent à inventer un mode de vie conciliant normativités islamiques et valeurs séculières. D’où l’idée de partir des principales controverses que l’islam cristallise dans les différentes villes européennes : la construction des mosquées, le port du voile, le halal, la question juive, la référence à la charia, etc. L’auteur et son équipe ont opté pour une conception large de l’Europe. Les vingt-et-une villes qui ont servi de terrains d’enquêtes englobent Istanbul et Sarajevo, villes majoritairement musulmanes, concernées, elles aussi, par ces disputes publiques sur la place de l’islam dans la cité.

4Méthodologiquement, l’équipe de recherche a eu recours à un dispositif original : l’« espace public expérimental » (EPE), des groupes de discussion spécialement créés pour réagir sur les polémiques en cours. Plusieurs membres de l’équipe de recherche se déplacent dans la ville où se déploie une controverse, opèrent quelques entretiens préparatoires en vue de l’EPE, sollicitent la palette d’acteurs la plus large possible. L’EPE suit trois étapes : la projection d’un documentaire sur la controverse en cours, un temps consacré à la présentation du vécu des musulmans et à leurs tentatives d’accommodements, un débat sur les conditions requises pour favoriser la reconnaissance mutuelle. Il constitue un observatoire des débats, discours, rhétoriques, arguments en lice. Cette expérimentation n’est pas sans évoquer l’intervention sociologique chère aux épigones d’Alain Touraine dont les membres du CADIS font partie. Elle s’inspire plus directement du théâtre de l’Opprimé tel qu’Augusto Boal l’a mis en place au Brésil dans les années 1960. L’enjeu est bien de rendre aux musulmans une parole trop souvent confisquée, en particulier par les médias.

5Sept chapitres balayent les principaux objets des controverses ayant trait à l’islam — la prière musulmane, la construction de minarets, les représentations artistiques mettant en scène l’islam, le voile des femmes, la charia, le halal, la « question juive ». Deux chapitres inauguraux précisent le contexte et le cadre d’analyse : le premier revient sur le mouvement de rejet de l’islam qui traverse l’espace européen, le second présente ce que l’auteur entend par « musulmans ordinaires » en mettant l’accent à la fois sur leur diversité et sur leur désir de voir leur islamité reconnue — fut-ce a minima — dans l’espace public.

6De controverse en controverse, on retrouve au fil des pages ces acteurs qui, avec patience et ténacité, s’évertuent à s’intégrer à la communauté politique sans renoncer à ce qu’ils sont. L’auteur met ainsi l’accent sur le tissage culturel à la faveur duquel s’invente un « islam européen ». Le livre montre bien comment, à leur petite échelle, ils y contribuent à travers leurs modes de vie et l’accommodement de leurs différences.

7Porter au jour ce processus d’invention est assurément faire œuvre utile. L’optimisme de l’auteur qui voit là le gage d’un « horizon possible avec les musulmans » semble toutefois davantage relever de l’espérance que tenir du seul constat sociologique. Ce qui frappe plutôt à la lecture de cet ouvrage, c’est la manière dont d’une ville à l’autre les controverses sur l’islam entrent en résonance les unes avec les autres. Les modulations nationales semblent accessoires au regard des logiques transverses de suspicions, rejet et fermeture à l’égard de l’islam qui apparaissent du coup nettement plus dominantes. Est-ce un effet de perspective ? L’ouvrage, en embrassant large, n’échappe pas à une certaine forme d’impressionnisme qui conduit à s’interroger sur la représentativité de ce qui est porté à la lecture. Qu’il y ait en Europe ces nouveaux acteurs dont il est ici question ne fait aucun doute. Que des débats, tels que ceux créés pour le besoin de l’enquête, puissent favoriser non seulement l’échange mais aussi la réflexivité de ceux qui y participent, est aussi probable. L’EPE pourrait d’ailleurs être utilement mobilisé à des fins politiques… Qu’on assiste à des hybridations (tel le « jambon halal » par exemple), à des innovations architecturales (à l’instar du minaret de la mosquée de Penzberg qui, à défaut de muezzin, s’illumine pour appeler à la prière), à de nouvelles formes de mobilisations telles que « not in my name », est incontestable. Mais quels sont au juste leur impact et leur résonnance dans une Europe frileuse, travaillée par l’islamophobie et dans laquelle les discours populistes de haine de l’autre vont bon train, comme le montrent les évocations de l’islam dans la crise migratoire actuelle ? De quel retentissement jouissent-ils au sein d’une population musulmane partagée entre l’hypercorrection (qui conduit à mettre sa religiosité sous le boisseau) et le repli sectaire dont atteste le succès grandissant de la version salafiste de l’islam, sans parler de l’attrait qu’exerce le djihadisme sur la jeunesse ? Telles sont les questions centrales que suscite la lecture de ce livre qui, bien que passionnant, laisse le lecteur un peu sur sa faim.

Top of page

Bibliography

Göle, N., 1993, Musulmanes et Modernes. Voile et civilisation en Turquie, La Découverte, Paris.

Göle, N., 2005, Interpénétrations. L’islam et l’Europe, Galaade Éditions, Paris.

Top of page

References

Electronic reference

Claire de Galembert, « Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam », Sociologie du travail [Online], Vol. 59 - n° 1 | Janvier-Mars 2017, Online since 01 February 2017, connection on 27 June 2017. URL : http://sdt.revues.org/423

Top of page

About the author

Claire de Galembert

Institut des sciences sociales du politique (ISP), UMR 7220 CNRS, ENS et Université Paris Ouest–Nanterre La Défense
École Normale Supérieure de Cachan, 61, avenue du Président Wilson, 94235 Cachan Cedex, France
galember[at]ens-cachan.fr

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org