Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Eleonora Elguezabal, Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2015, 248 p.
Lorraine Bozouls
Référence(s) :

Eleonora Elguezabal, Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2015, 248 p.

Texte intégral

1Le débat autour des gated communities (communautés fermées) et de la fortification, la fragmentation ou encore la dualisation de la ville s’est d’abord développé aux États-Unis à la fin des années 1990, avant de s’exporter en Amérique Latine dans les années 2000 et de s’immiscer progressivement dans d’autres parties du monde, notamment en Europe. Dans cet ouvrage issu de sa thèse, Eleonora Elguezabal cherche à déconstruire le concept de gated communities à travers l’analyse d’un type spécifique d’ensembles résidentiels fermés apparu à Buenos Aires : les torres, copropriétés fermées verticales, situées dans des quartiers centraux et généralement dotées d’équipements collectifs.

2L’ouvrage s’appuie sur une enquête de terrain particulièrement riche et diversifiée qui mêle de nombreux moments d’observation (entre autres en tant qu’habitante d’un de ces espaces fermés), avec des entretiens auprès d’environ 190 enquêtés, et un important travail d’archives sur le métier de gestionnaire et sur le milieu de l’architecture et de l’aménagement. Grâce à ce protocole d’enquête particulièrement fin, l’autrice s’interroge sur la réalité et la fonction des frontières qui entourent ces espaces résidentiels. Loin de considérer ces lieux comme des enclaves aux murs « étanches et rigides » (p. 15), elle montre que leurs frontières sont non seulement mouvantes (partie I), des frontières sociales pouvant se recréer à l’intérieur de ces espaces fermés, mais également poreuses (partie II) puisque leur bon fonctionnement nécessite le travail de personnes issues des classes populaires qui y pénètrent tous les jours.

3L’autrice commence par contextualiser son enquête grâce à une généalogie de ces types d’habitats fermés apparus dans les années 1990 à Buenos Aires, et à une analyse des discours critiques émanant des chercheurs, urbanistes ou encore architectes qui dénoncent ces projets favorisant la fragmentation. Elle en vient à nuancer les approches en termes de séparatisme ou de fortification, en montrant que pour la majorité des habitants qu’elle rencontre, le critère principal du choix résidentiel n’est pas la clôture mais la localisation. Selon les quartiers où elles sont implantées, les torres n’ont pas le même profil social d’habitants et ont des niveaux de standing différents. Au sein d’une même copropriété, les habitants n’ont pas tous les mêmes attentes vis-à-vis de leur résidence, et n’appartiennent pas toujours à la même fraction de classe. Cette hétérogénéité sociale et cette diversité des points de vue provoquent des tensions et des conflits, qui se cristallisent autour de l’usage des équipements collectifs et de la relation aux classes populaires travaillant au sein de ces espaces. Les personnes ayant le plus d’attentes vis-à-vis de leur torre et du marquage social qu’elle peut leur procurer sont les plus promptes à se mobiliser pour mettre en œuvre un travail d’enclavement visant à renforcer les frontières résidentielles.

4La suite du livre se concentre sur le travail effectué à l’intérieur de ces torres, par les sociétés de gestion, le conseil syndical mais surtout par les employés et les travailleurs précaires de ces immeubles. La gestion de ces copropriétés est centrale. C’est elle qui permet non seulement d’assurer l’entretien des immeubles mais aussi de témoigner de leur niveau de standing (personnels d’accueil, jardinage, équipements collectifs, etc.) et de participer au travail d’enclavement réalisé par certains habitants. Les gestionnaires font des torres des lieux où sont mises en œuvre des techniques de management favorisant la flexibilité et le recours à la sous-traitance.

5Dans son quatrième chapitre, l’autrice poursuit en analysant le travail des services de sécurité qui opèrent à l’entrée des torres. Dans un contexte local où les risques d’actes criminels sont faibles, ce travail a davantage une fonction cérémonielle. Il consiste principalement à différencier les personnes entre propietarios (propriétaires), gremios (employés) et visitas (personnes extérieures) et à les séparer dans l’espace des torres, souvent au moyen d’une entrée spécifique pour les employés. Ce contrôle et cet encadrement des espaces dévolus aux employés participent à leur invisibilisation dans les torres, alors que le rituel destiné aux habitants met en scène la déférence des vigiles à leur égard.

6Après avoir analysé en quoi consiste le travail de sécurité dans ces ensembles fermés, Eleonora Elguezabal étudie les figures du vigile et des intendentes, ces « avatars des cols blancs du logement » (p. 147). Dans les torres, les vigiles sont plutôt des individus qualifiés en cours de déclassement, qui tentent d’occuper une place intermédiaire entre les habitants et les employés précarisés. Les intendentes coordonnent les différents employés de la sécurité et de l’entretien à l’échelle de la copropriété. Ils sont en quête de professionnalisation et d’une meilleure reconnaissance de leur travail.

7Enfin, l’autrice se penche sur un type spécifique de transaction entre habitants et employés, les changas, petits travaux de réparation rémunérés au noir. Cette économie informelle permet aux employés de personnaliser leurs relations avec les copropriétaires et d’obtenir un revenu d’appoint, à condition toutefois de veiller à ce que la transaction ne soit pas assimilée à une relation d’emploi domestique.

8Eleonora Elguezabal fait preuve d’une grande originalité dans son approche de l’objet, d’une part en opérant un changement d’échelle pour aborder la question de la fermeture résidentielle non pas à l’échelle globale mais à celle, micro-locale, des copropriétés, et d’autre part en déplaçant la focale des habitants de ces espaces vers les employés qui y travaillent et qui, bien souvent, sont autant invisibilisés dans la littérature scientifique que sur leur lieu de travail.

9La diversité des espaces fermés étudiés, en termes de standing et de trajectoires sociales et résidentielles de leurs habitants, est mentionnée dans l’annexe méthodologique mais aurait pu être davantage intégrée dans le corps de l’analyse. C’est seulement dans la conclusion que le travail d’enclavement est relié aux profils sociaux des habitants. L’autrice y montre que ce travail est particulièrement important dans les copropriétés de moyen standing, du fait d’un sentiment d’incertitude plus fort pesant sur la position et le statut des classes moyennes qui y habitent. De plus, le lecteur dispose de peu d’éléments sur la spécificité des copropriétés verticales, ce qui complique la comparaison avec les gated communities, traditionnellement constituées d’ensembles pavillonnaires.

10Fort d’une enquête qualitative d’une ampleur remarquable, l’ouvrage constitue un apport majeur à la littérature sur la fermeture résidentielle en analysant le travail d’enclavement mis en œuvre par certains des habitants ainsi que les formes de travail qui se développent au sein de ces copropriétés, donnant à voir ce qui apparaît comme le vrai rôle de la sécurité : garantir un ordre social par l’invisibilisation des employés plutôt que protéger les frontières spatiales entre l’intérieur et l’extérieur des espaces fermés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lorraine Bozouls, « Eleonora Elguezabal, Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 1 | Janvier-Mars 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 22 février 2017. URL : http://sdt.revues.org/426

Haut de page

Auteur

Lorraine Bozouls

Observatoire sociologique du changement (OSC), UMR 7049 CNRS et Sciences Po, 27, rue Saint-Guillaume, 75337 Paris Cedex 07, France
lorraine.bozouls[at]sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org