Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Mohamed Oubenal, La légitimation des produits financiers. Le réseau de promotion des Exchange Trade Funds (ETF) en France

Éditions EMS, Cormelles-le-Royal, 2015, 232 p.
Yamina Tadjeddine
Bibliographical reference

Mohamed Oubenal, La légitimation des produits financiers. Le réseau de promotion des Exchange Trade Funds (ETF) en France, Éditions EMS, Cormelles-le-Royal, 2015, 232 p.

Full text

1Le livre de Mohamed Oubenal est issu de sa thèse de sociologie sur un terrain a priori peu propice à des observations : celui de l’innovation financière. Son travail s’inscrit dans le champ des études sociales de la finance à travers l’étude du dispositif des exchange trade funds (ETF), dits aussi trackers ou fonds indiciels, et de son marché en construction. Le livre peut être apprécié pour son volet ethnologique qui dévoile le petit monde français des ETF à travers une enquête minutieuse, et pour sa contribution théorique à travers l’analyse néo-structurale des relations hiérarchisées nouées entre les organisations et les acteurs produisant, diffusant et régulant ce nouveau produit. L’ouvrage se compose de cinq chapitres pas vraiment homogènes, et d’une préface rédigée par Emmanuel Lazega.

2L’analyse de réseau constitue l’originalité et l’apport essentiel de ce livre. Elle est construite à partir de données issues de 57 entretiens semi-directifs des acteurs majeurs de la place parisienne. M. Oubenal a complété son terrain par de nombreuses autres sources d’observation : la participation à neuf conférences professionnelles, la consultation d’articles spécialisés sur les ETF publiés entre 2001 et 2008, les réponses aux consultations du régulateur européen à la suite de la crise de 2007, la lecture d’articles théoriques sur la finance de marché. Le terrain est riche, documenté, et ne se limite pas aux stricts praticiens de la finance mais s’étend vers le monde des médias et des régulateurs. Ce livre témoigne de l’espace singulier et socialement construit de la légitimation et de la commercialisation des ETF en France.

3Le premier chapitre justifie le choix théorique de l’auteur pour une approche néo-structurale plutôt que culturaliste de la finance. Il dresse à cette occasion une synthèse, peut-être un peu rapide, de travaux sociologiques traitant des marchés financiers sous l’angle « culturaliste », dans lesquels les processus de légitimation apparaissent comme pré-existants aux acteurs. Au contraire, l’appareillage néo-structural permet de dépasser ce cadre normatif en parvenant à décrire la genèse des processus de légitimation à partir de relations inter-individuelles hétérogènes et hiérarchisées. Si dans la première perspective, la nature des liens sociaux est induite par des structures sociales et des normes, dans la seconde perspective, adoptée par l’auteur, ce sont les liens sociaux qui vont définir la structure sociale. Le deuxième chapitre propose une description du dispositif ETF, en exposant pédagogiquement son fonctionnement, les acteurs impliqués et le développement de ce marché. Les trois derniers chapitres constituent le cœur de la thèse et exposent les trois résultats obtenus par le recours à l’analyse néo-structurale : l’existence d’une niche sociale, le contrôle social de la diffusion de l’information, et les processus de légitimation établis à partir d’un réseau hiérarchique.

4Le troisième chapitre débute par le constat, devenu assez classique en socio-économie, de l’importance de la coopération entre les acteurs de la place, alors même que l’on s’attendrait à voir régner une concurrence exacerbée. Cette section basée sur quelques extraits d’entretiens manque de profondeur et d’exhaustivité. Toutefois, elle explicite la nature des relations nouées entre les protagonistes de ce marché. La seconde section de ce chapitre part de l’existence de ces liens pour en proposer une analyse structurale et révéler les rôles distincts joués par chacun au sein de ce réseau. La catégorie qualifiée de « promoteurs », regroupant notamment les producteurs-émetteurs des ETF et les courtiers qui les commercialisent, joue un rôle central dans la diffusion d’une information homogène et dans la cohésion de ce marché.

5Le quatrième chapitre documente le contrôle social exercé par ce groupe pour faire exister et prospérer ce marché des ETF en France. Alors même que cette innovation comporte des risques et une technicité forte, l’art des émetteurs a été de ne communiquer que sur leurs bienfaits en termes de liquidités, de simplicité et de faible coût. Ces éléments seront repris par les médias, créant ainsi une convention unanimement partagée par l’ensemble de la communauté de 2002 à 2007. Ce chapitre est un peu court. L’analyse des médias y reste relativement superficielle et aurait mérité un traitement plus approfondi pour véritablement expliquer l’ambiguïté des relations nouées entre les journalistes financiers et les sociétés financières.

6Le dernier chapitre s’intéresse à la résilience de ce réseau quand survient un choc exogène — la crise de 2007 dont l’origine provient d’une autre innovation financière : la titrisation du crédit — et une critique importée des États-Unis sur les risques liés à la massification des ETF. M. Oubenal décrit l’origine de cette controverse, les acteurs impliqués (avec notamment l’École de commerce Edhec et des sociétés financières américaines) et l’intervention d’une entité politique, le régulateur européen des marchés financiers (ESMA, European Securities and Markets Authority). Il dresse l’histoire de cette tentative avortée de réforme européenne et souligne comment le groupe dominant a pu maintenir son contrôle sur le marché européen et exclure du jeu politique des acteurs américains, dominants pourtant sur le marché mondial. Ce chapitre se lit un peu comme un roman ; il est très bien documenté et on adhère facilement à sa thèse. Toutefois, le choix théorique d’une approche néo-structurale fondée sur des individus ne permet pas de révéler les logiques politiques de domination d’un groupe d’acteurs sur les autres. Ainsi, il aurait pu être intéressant de comprendre le positionnement de l’Edhec au sein du paysage des écoles de commerce françaises. De même, la collusion des conglomérats financiers européens contre l’entrée de concurrents américains est un trait singulier de la construction européenne du marché de services financiers unifiés. Une lecture culturaliste aurait pu compléter les résultats obtenus par l’analyse en réseau.

7Malgré ces quelques réserves, le livre de Mohamed Oubenal constitue un ouvrage de référence, en proposant une analyse fine, documentée et scientifique d’un dispositif financier singulier. Le travail de dévoilement opéré par l’auteur ouvre des voies fructueuses pour de futures recherches. L’auteur mentionne d’ailleurs ces voies dans sa conclusion très honnête sur la portée de son travail.

Top of page

References

Electronic reference

Yamina Tadjeddine, « Mohamed Oubenal, La légitimation des produits financiers. Le réseau de promotion des Exchange Trade Funds (ETF) en France », Sociologie du travail [Online], Vol. 59 - n° 1 | Janvier-Mars 2017, Online since 01 February 2017, connection on 30 April 2017. URL : http://sdt.revues.org/429

Top of page

About the author

Yamina Tadjeddine

Bureau d’économie théorique et appliquée (BETA), UMR 7522 CNRS, Université de Lorraine et Université de Strasbourg, 13, place Carnot, 54035 Nancy Cedex, France
yamina.fourneyron[at]univ-lorraine.fr

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org