Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Nathalie Ortar, La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle

Petra, Paris, 2015, 272 p.
Thomas Sigaud
Bibliographical reference

Nathalie Ortar, La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle, Petra, Paris, 2015, 272 p.

Full text

1Ethnologue, Nathalie Ortar a produit de nombreux travaux sur le rôle joué par l’articulation des mobilités et des ancrages dans les modes contemporains d’habiter. La vie en deux porte sur la grande mobilité géographique professionnelle. L’auteur y présente les résultats d’une enquête qualitative auprès de « travailleurs mobiles », qu’elle définit comme des individus qui ne résident pas chez eux tout ou partie de la semaine, et exercent la plupart du temps loin de leur domicile. Partant d’une enquête menée auprès de 56 individus, travailleurs mobiles et leurs éventuels conjoints, l’ouvrage questionne l’incidence de la mobilité sur les modes de vie des travailleurs et de leurs familles. L’auteur présente sa démarche, au croisement d’une lecture sociologique de la mobilité comme insérée dans ses contextes familiaux et professionnels et d’une lecture anthropologique qui met l’accent sur le sens donné à la mobilité dans la construction des identités et des trajectoires.

2Les trois premiers chapitres montrent que l’accélération des déplacements met d’abord en évidence les aspirations contraires que les individus cherchent à concilier par la mobilité. L’auteur détaille trois configurations professionnelles — professions mobiles, mutations de carrière et restructurations — qui mettent en jeu des choix résidentiels largement autonomes et rarement subordonnés au professionnel. Pour expliciter les motivations à l’œuvre dans le processus d’« entrée en mobilité » des travailleurs, N. Ortar cherche à distinguer les mobilités pour motifs professionnels des mobilités de « choix de vie ». Plus prévisibles, ces dernières s’inscriraient dans des bifurcations biographiques qui viseraient avant tout à préserver l’ancrage résidentiel pour conserver la stabilité de la sphère familiale. Les travailleurs mobiles pourraient alors substituer au déménagement de simples déplacements, et valoriser leur ancrage résidentiel pour mieux faire face aux incertitudes de la mobilité.

3L’auteur conclut cette première partie en étudiant les arrangements professionnels par lesquels les travailleurs cherchent à atténuer les tensions de la mobilité, notamment le télétravail. Mal intégré aux pratiques de gestion des entreprises qui sont prises entre l’injonction managériale à l’autonomie des salariés d’une part et l’importance donnée à la supervision directe d’autre part, le télétravail est présenté comme enfermant et épuisant pour des travailleurs qui s’interrogent constamment sur le travail qu’ils fournissent. N. Ortar en conclut que le télétravail ne permet pas une meilleure articulation entre famille et emploi. Elle le présente au contraire comme une mesure qui renforce l’assujettissement des travailleurs à la sphère professionnelle.

4Les quatre derniers chapitres portent sur l’expérience vécue des lieux et des temps de la mobilité. N. Ortar décrit d’abord les coûts des déplacements des travailleurs mobiles : en sus de l’aspect financier, elle montre qu’ils sont l’objet de coûteux apprentissages pour les individus qui cherchent à s’approprier leur mobilité. Mais ces efforts se heurtent aux difficultés qu’ils éprouvent à vivre « entre deux » : les travailleurs mobiles préfèrent ainsi « choisir l’inconfort » pour ne pas s’approprier leur lieu de résidence professionnelle et ainsi éviter de mener une véritable deuxième vie qui s’avère fortement disruptive pour leur vie conjugale et familiale. L’auteur montre ainsi que les sphères privées et professionnelles s’autonomisent au fil du temps, imposant aux travailleurs mobiles de grands efforts de réflexivité sur leur place au sein de la famille. Or, c’est là tout le paradoxe de la mobilité : promesse d’autonomie, elle impose un mode de vie très contraignant et compresse à ce point les temps qu’elle ne permet pas aux individus d’exercer cette réflexivité.

5L’ouvrage se conclut par une analyse croisée de l’impact de la mobilité géographique professionnelle sur la façon dont les travailleurs mobiles et leurs conjoints habitent le foyer. N. Ortar détaille d’abord la forte segmentation genrée qui parcourt ces mobilités. Les normes dominantes en matière de comportement maternel rendent la mobilité féminine insoutenable à l’arrivée des enfants. L’absence chronique d’un conjoint invalide tout véritable partage des tâches et accentue les rôles traditionnels de genre. Les femmes se voient attribuer la lourde tâche de gérer seules la sphère domestique en l’absence du conjoint qui, à son tour, ne peut plus participer à la vie quotidienne du foyer. Chaque retour engage alors un effort de réadaptation tant pour celui qui rentre que pour ceux qui l’accueillent. Confrontés à la divergence de leurs aspirations et privés des multiples ajustements permis par la vie quotidienne, les couples et les familles sont confrontés à de fortes tensions qui pèsent surtout sur les trajectoires professionnelles des femmes.

6La vie en deux est une contribution significative aux réflexions sociologiques sur les ambivalences de la mobilité. Prenant soigneusement en compte le déplacement en lui-même ainsi que le rôle joué par les immobiles, N. Ortar contribue à critiquer les travaux qui pensent les mobilités à l’aune du nomadisme. Elle invite à dépasser l’opposition entre mobilité et sédentarité en considérant le rôle joué par les ancrages et les lieux dans le déroulement des mobilités. Parce que les individus sous-estiment les coûts financiers, professionnels et privés de la mobilité, N. Ortar conclut que celle-ci ne peut pas jouer un rôle structurant dans la construction de leurs identités.

7On peut regretter cependant le choix qu’a fait l’auteur de chercher à opposer des mobilités professionnelles à des mobilités « de mode de vie ». Le raisonnement en devient parfois tautologique : mobilisant les dispositions des individus à la mobilité pour expliquer leurs comportements, il ne distingue pas toujours assez les processus de négociation, professionnelle aussi bien que conjugale, par lesquels se sont déclenchées les mobilités. Par ailleurs, la lecture transversale des mobilités vues sous l’angle des modes de vie fait que l’ouvrage insiste peu sur les logiques de différenciation socio-professionnelle, qui auraient pu être détaillées notamment autour de la douzaine d’individus non-cadres étudiés. Enfin, la comparaison entre couples français et britanniques est finalement assez peu poussée dans l’ouvrage. Si l’auteur met en avant l’importance des logiques résidentielles et immobilières dans les mobilités des onze couples britanniques enquêtés, elle conclut le plus souvent à l’absence de réelle différence entre leur mobilité et celle des couples français : s’il s’agit là d’un des résultats de l’enquête, il pourrait être étayé par une analyse comparative plus systématique.

Top of page

References

Electronic reference

Thomas Sigaud, « Nathalie Ortar, La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle », Sociologie du travail [Online], Vol. 59 - n° 1 | Janvier-Mars 2017, Online since 01 February 2017, connection on 26 March 2017. URL : http://sdt.revues.org/479

Top of page

About the author

Thomas Sigaud

Centre d’études de l’emploi et du travail, CNAM
29, promenade Michel Simon, 93160 Noisy-le-Grand, France
thomas.sigaud[at]yahoo.fr

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org