Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Denis Ruellan, Le journalisme défendu. Modèles de l’action syndicale

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2014, 158 p.
Camille Dupuy
Référence(s) :

Denis Ruellan, Le journalisme défendu. Modèles de l’action syndicale, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2014, 158 p.

Texte intégral

1En France, les journalistes se regroupent dans de nombreuses organisations collectives dont les statuts sont de natures variées (six syndicats mais aussi d’autres formes de groupements en associations ou en sociétés). Ces organisations — prises dans leur diversité — ont fait l’objet de peu de travaux approfondis. C’est à cette lacune que nous propose de remédier Denis Ruellan, dans une démarche de sociologie historique. Prenant appui sur un important travail d’archives, il analyse ces structures, leurs trajectoires et leurs projets depuis la fin du XIXe siècle. Son ambition est de mettre au jour des « régularités », c’est-à-dire de montrer la manière dont les actions collectives des journalistes renvoient à différents « modèles syndicaux » plus généraux, entendus comme « des cadres cognitifs qui balisent le sens de l’action » (p. 11). Ainsi, en plaçant la focale sur quatre périodes (la fin du XIXe siècle, l’après Première Guerre mondiale, les années 1960-1970, les années récentes), il met en scène des organisations collectives de journalistes qu’il rattache à cinq modèles : la corporation, la profession, l’unité, la participation et le paritarisme. Il propose alors une vision renouvelée du « syndical », qu’il ne limite pas aux « organisations syndicales » légalement instituées et reconnues comme telles mais dans lequel il intègre toutes les instances collectives qui défendent les journalistes, quel que soit leur statut : association, union informelle…

2Dans les travaux classiques sur le syndicalisme et les relations professionnelles, les analyses sont souvent réduites aux organisations syndicales instituées qui défendent les travailleurs qu’elles représentent et bénéficient pour cela d’une reconnaissance formelle délivrée par les pouvoirs publics, d’une délégation de représentation, de pouvoirs de négocier et de signer des accords, d’agir en justice, etc. Ne renonçant pas à cette optique classique, l’ouvrage analyse deux événements qui engagent des organisations syndicales reconnues au niveau de la branche. Tout d’abord, la création en 1918 du premier syndicat de journalistes salariés, le Syndicat national des journalistes (SNJ), constitue un événement central (chapitre 2). Cette organisation collective de journalistes est « syndicale » parce qu’elle défend les intérêts de ses membres journalistes, mais aussi parce qu’elle s’est constituée en « syndicat » dont elle bénéficie du statut spécifique. Elle construit ainsi une identité collective, notamment par la négociation formelle d’un statut de journaliste, et parce qu’elle délimite le groupe professionnel (modèle professionnel). L’analyse porte ensuite sur une commission ad hoc propre à cette profession, la Commission arbitrale, dans laquelle le SNJ et les autres syndicats sont partie prenante (chapitre 5). Cette commission paritaire (modèle du paritarisme) réunit ponctuellement des représentants d’une organisation syndicale de journalistes et d’une organisation syndicale d’employeurs, ainsi qu’un magistrat. Elle statue sur le montant des indemnités de licenciement à verser à un journaliste en cas de rupture de contrat après quinze ans d’ancienneté ou pour faute. Les deux événements analysés portent ici sur des syndicats — au sens restrictif du terme d’organisation syndicale de salariés — et sur leurs actions collectives instituées.

3Toutefois, l’originalité de l’ouvrage réside surtout dans la prise en compte d’événements qui renvoient à des dynamiques qui sont « syndicales », au sens cette fois plus large de la « défense des intérêts des travailleurs salariés » (p. 20), mais portées par des acteurs collectifs qui ne relèvent pas du cadre juridique des organisations syndicales et paritaires. Il s’agit alors pour l’auteur d’analyser d’autres formes de collectifs de journalistes qui, tout en adoptant des statuts autres que celui de syndicat, s’en rapprochent toutefois en inscrivant leurs actions dans des logiques similaires. L’analyse porte en premier lieu sur la création du Syndicat des journalistes et des écrivains français (SEJF) en 1895 (chapitre 1). Mixte, réunissant des rédacteurs et leurs employeurs, héritée des idéaux corporatistes du syndicalisme chrétien, cette organisation prend le nom de « syndicat » mais n’est pas considérée comme une organisation syndicale au sens strict (qui ne représente que des travailleurs ou des employeurs). Cependant, elle défend bien une vision générale des rapports de travail, et peut à ce titre être qualifiée de « syndicale » par l’auteur puisqu’engagée dans la défense des journalistes (modèle de la corporation). L’auteur se penche ensuite sur les tentatives de rapprochements entre les syndicats de journalistes dans une union informelle (chapitre 3). Loin de pouvoir réaliser une unité syndicale, c’est-à-dire créer une organisation syndicale unique défendant les intérêts de tous les journalistes salariés, les journalistes ont opté pour une forme plus lâche. Une structure ad hoc, nommée Union nationale des syndicats de journalistes, fonctionne dans les années 1960-1970 pour que les journalistes autonomes du SNJ et ceux des confédérations CFDT (Confédération française démocratique du travail), FO (Force ouvrière) et CGT (Confédération générale du travail) puissent travailler conjointement (modèle de l’unité). Enfin, l’ouvrage met en scène des organisations collectives, les sociétés de journalistes, qui revendiquent leur distance avec les organisations syndicales (chapitre 4). Développées dans les années 1960-1970, ces structures, qui prennent le statut de sociétés commerciales ou d’associations, rassemblent les membres de la rédaction d’un titre et acquièrent en leur nom des actions de leur entreprise. La défense des travailleurs passe, dans ce modèle de la participation, par leur accession au capital de leurs entreprises, en parallèle — voire en concurrence — avec les actions portées par les organisations syndicales instituées. Ces trois événements permettent d’interroger à nouveaux frais les modalités de la défense des journalistes, en montrant que celle-ci peut s’exercer dans des structures non syndicales (regroupement corporatiste, union informelle, société, association).

4Le livre montre ainsi la pluralité des modèles de l’action collective et des instances qui la portent. Il constitue en cela une grille d’analyse heuristique, qui a été reprise pour analyser les organisations collectives de journalistes d’autres pays (dans le cas québécois, analysé par François Demers dans la postface, par exemple) et pourrait également être utilisée pour analyser les dynamiques collectives d’autres secteurs. La focale mise sur les actions de ces organisations (défendre les travailleurs) plutôt que sur leurs structures juridiques (organisation syndicale ou non) permet de repenser la pluralité des cadres de l’action collective. Cependant, l’utilisation du terme « syndical » dans une acception aussi large nous semble poser problème. En effet, l’auteur tend alors à nier l’importante du cadre institutionnel dans lequel les actions se déroulent. Pourtant, ce cadre constitue un enjeu symbolique. La bataille historique qui oppose le SEJF au SNJ pour déterminer lequel des deux peut être caractérisé comme « premier » syndicat de journalistes montre que la qualification juridique comme organisation syndicale n’est pas de pure forme et confère, au contraire, des avantages liés à la reconnaissance d’ancienneté et à la légitimité qui en découlent. Mais au-delà du symbolique, c’est également au niveau juridique que se joue le pouvoir de ces collectifs : être institué et reconnu comme une organisation syndicale offre aux travailleurs des capacités d’action dont ils ne bénéficient pas dans des structures informelles, avec une obligation pour les employeurs de négocier, informer, consulter, etc. Cela explique que le SNJ se soit battu pour que sa « représentativité syndicale » soit reconnue suite aux réformes liées à la loi de 2008 portant rénovation de la démocratie sociale, afin de bénéficier des prérogatives réservées aux syndicats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dupuy, « Denis Ruellan, Le journalisme défendu. Modèles de l’action syndicale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 1 | Janvier-Mars 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 22 février 2017. URL : http://sdt.revues.org/482

Haut de page

Auteur

Camille Dupuy

DySoLab, Université de Rouen, Normandie Université
1, rue Thomas Becket, 76821 Mont-Saint-Aignan, France
camille.dupuy[at]univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org