Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Florent Pouponneau, La politique française de non-prolifération nucléaire. De la division du travail diplomatique

P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, 2015, 260 p.
Françoise Piotet
Bibliographical reference

Florent Pouponneau, La politique française de non-prolifération nucléaire. De la division du travail diplomatique, P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, 2015, 260 p.

Full text

1La politique de non-prolifération nucléaire soutenue désormais avec vigueur par la France n’a pas toujours été une constante en matière de politique étrangère, tant s’en faut. Florent Pouponneau en retrace l’histoire d’un point de vue synchronique, depuis l’accession de la France au rang de puissance nucléaire qui passe d’un comportement favorable à la prolifération à son opposé. Pour illustrer les transformations de cette politique, l’auteur procède à une analyse diachronique de ce qu’il estime être deux moments clés de cette histoire : la période 1974-1981, où la règle de non-prolifération commence à s’imposer en France, associée à un contrôle plus restrictif des exportations, et la période 2002-2009, où la politique de non-prolifération devient une priorité de l’action extérieure.

2Les développements qu’il nous propose s’appuient sur un travail d’enquête tout à fait considérable compte tenu des difficultés d’accès à certaines informations encore sous le sceau de la confidentialité. Entre 2006 et 2010, Florent Pouponneau a procédé à 120 entretiens conduits auprès des acteurs concernés par les faits passés et présents, effectué un dépouillement systématique de la presse, exploré les archives accessibles et les données révélées par WikiLeaks, en s’efforçant de croiser le plus systématiquement possible les informations recueillies afin d’en vérifier la validité.

3L’intérêt majeur de ce travail solidement fondé empiriquement réside à la fois dans la posture de recherche et dans le cadre théorique adopté pour analyser les comportements et les pratiques des acteurs impliqués dans cette politique (chapitre 1 : « Intégrer deux approches opposées de la politique internationale »). Alors que les approches classiques opèrent une distinction entre la politique étrangère propre aux États et le système de relations internationales, la posture adoptée par l’auteur, qui sert de fil conducteur à son analyse, consiste au contraire à ne pas séparer les deux, à penser « l’interne et l’externe de façon identique » et à s’efforcer de saisir, à travers les pratiques observées des acteurs, la manière dont s’articulent divisions externes et internes du travail. Empruntant à Kenneth Waltz son cadre d’analyse de la structure du système international et de sa dynamique, et n’hésitant pas à l’amender au regard des faits observés, Florent Pouponneau construit un cadre théorique qui emprunte beaucoup à la théorie de l’action de Pierre Bourdieu et qu’il fonde sur la différenciation structurelle des espaces et des jeux sociaux. C’est un tel cadre qu’il applique pour analyser les deux périodes charnières identifiées, qui se situent de part et d’autre d’un changement majeur de l’équilibre des forces au sein du système international avec la fin de la Guerre froide puis l’effondrement de l’URSS.

4Selon l’auteur, ce cadre permet d’exposer et d’analyser le changement radical qui s’est produit en France concernant la politique de prolifération des armes nucléaires (chapitre 2 : « Une transformation de la politique de “grandeur” de la France »). On passe en effet, en une cinquantaine d’années, d’une politique gaullienne de non-alignement envers les deux puissances dominantes de la Guerre froide et de refus d’adhésion à la norme de non-prolifération instituée en 1968 par le traité du même nom, à une défense particulièrement exigeante en matière de non-prolifération, manifestée notamment par notre pays lors du très récent accord signé avec l’Iran concernant le contrôle de l’usage militaire des installations nucléaires et la levée des sanctions internationales. Dans les deux périodes examinées, l’auteur prend en compte les inflexions initiées par les différents présidents de la République, tout en en soulignant les limites en raison des actions des États-Unis aussi bien pendant la Guerre froide que dans la période unipolaire qui lui succède. Dans la première période, les États-Unis font pression sur les pays contractant avec la France l’achat d’équipements à usage militaire, quitte à accorder à cette dernière des dédommagements ; dans la seconde, alors que la France et ses alliés européens profitent en 2003 d’un moment où les États-Unis n’agissent pas pour entamer avec l’Iran des négociations sur la limitation du nucléaire militaire, l’accord échoue cependant en raison de l’absence de soutien des États-Unis aux garanties proposées.

5L’auteur met par ailleurs en évidence les profondes transformations, pendant ces deux périodes, de l’appareil bureaucratique en charge du dossier et de la division des tâches en son sein (chapitre 3 : « La consolidation d’une expertise d’État » et chapitre 4 : « Des effets collatéraux de la guerre froide convergents »). La suprématie incontestée du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et de son puissant directeur au cours de la première période est progressivement attaquée par des diplomates, souvent passés par des postes aux États-Unis, qui ont acquis une expertise propre en matière nucléaire, éventuellement grâce à l’aide d’experts issus du ministère de la Défense et qui contestent les positions du CEA. Alors que celui-ci a longtemps soutenu l’idée de l’inévitabilité de la prolifération et du droit des États à un égal accès à cette arme, favorisant les exportations des équipements et du savoir-faire reconnu des industriels français, les diplomates font de la non-prolifération leur cause, la sécurité primant pour eux sur l’inégalité entre États, position également adoptée par les militaires. Comme le souligne l’auteur, « la non-prolifération fait [alors] autant la belle carrière des diplomates que ces derniers font la belle carrière de la non-prolifération » (p. 140), ce qui se vérifie à la fois par le repositionnement, au sein du Ministère, de la sous-direction en charge du dossier, et par l’attraction nouvelle que ces postes exercent sur les diplomates les mieux dotés en capital scolaire, issus de l’ENA plutôt que du cadre d’Orient, par les nominations dans les cabinets ministériels ou à la Présidence de la République, mais aussi par des tensions accrues, notamment sur le dossier iranien, entre les directions politique et géographique.

6La non-prolifération sert aussi la notoriété de certains experts ou équipes de recherche spécialisées qui viennent s’agréger autour de cette cause et dont les travaux servent plus à la justification qu’à l’orientation d’une politique. Enfin, même s’il faut « faire avec » la domination américaine (chapitre 5 : « Faire avec la division internationale du travail politique »), l’investissement dans les instances internationales multilatérales favorise un rééquilibrage relatif des rapports de puissance mais permet aussi aux instances de l’appareil bureaucratique d’asseoir leur légitimité ou d’en retrouver une nouvelle. Le CEA reconvertit ses experts au sein de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), en charge du contrôle des exportations et des installations, et les diplomates s’investissent dans l’application du traité de non-prolifération ratifié par la France en 1992 et par les diverses instances internationales de coopération qui s’y sont associées. La France enfin utilise sa place au sein du Conseil de sécurité de l’ONU pour exister, en faisant entendre parfois une voix discordante par rapport à celle de l’acteur dominant.

7Au fil d’une narration précise et documentée, Florent Pouponneau démontre de façon convaincante que les relations entre « l’externe » et « l’interne » ne se jouent pas sur un mode mécaniquement causal. Les contraintes imposées par le système international et leur logique propre sont « réfractées » par la structure, les positions, et la division du travail diplomatique, ce qui a pour conséquence que les diverses instances n’en sont pas affectées de la même manière. Inversement, les pratiques diplomatiques contribuent à la reproduction d’un ordre international fondé sur une division fonctionnelle du travail politique qui repose sur des ressources politiques, économiques et militaires actuellement monopolisées par un acteur dominant. Le cadre théorique présenté par l’auteur pourrait utilement être appliqué à d’autres domaines que celui des relations internationales et de la politique étrangère. On pense ici par exemple à une analyse des relations professionnelles dont il permettrait sans doute une réactualisation opportune.

Top of page

References

Electronic reference

Françoise Piotet, « Florent Pouponneau, La politique française de non-prolifération nucléaire. De la division du travail diplomatique », Sociologie du travail [Online], Vol. 59 - n° 1 | Janvier-Mars 2017, Online since 01 February 2017, connection on 19 October 2017. URL : http://sdt.revues.org/492

Top of page

About the author

Françoise Piotet

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 12, place du Panthéon, 75231 Paris cedex 5, France
francoise.piotet[at]wanadoo.fr

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org