Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alain Testart, L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail

Gallimard, Paris, 2014, 188 p.
Christian Baudelot
Référence(s) :

Alain Testart, L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail, Gallimard, Paris, 2014, 188 p.

Texte intégral

1La division du travail entre les hommes et les femmes est devenue un objet classique de la sociologie depuis les enquêtes pionnières de Madeleine Guilbert et de Viviane Isambert Jamati en 1956. Les sociologues du travail et du genre lui ont consacré par la suite un grand nombre d’enquêtes et de travaux dont les conclusions convergent largement : dans l’immense majorité des sociétés, les femmes et les hommes n’exercent pas les mêmes professions. Deux traits s’imposent avec force : l’immense majorité des femmes actives occupent des emplois qui relèvent des fonctions qui leur sont traditionnellement attribuées dans la sphère domestique — éduquer, soigner, assister ; quel que soit le secteur d’activité, les emplois dévolus aux femmes se situent massivement au bas de la hiérarchie des professions et, même à diplôme et travail égaux, leurs salaires sont toujours inférieurs à ceux des hommes. Ces tendances générales sont assez fortes pour résister à l’épreuve du temps, même si, ici ou là, on observe quelques évolutions.

2Les chercheuses et chercheurs engagés dans ces études liront avec le plus grand intérêt l’ouvrage très dépaysant d’Alain Testart, L’amazone et la cuisinière, publié à titre posthume. Ses approches, ses concepts, ses instruments d’analyse et ses données diffèrent radicalement de ceux des sociologues. L’objectif de ce petit livre est ambitieux : « expliquer le plus gros de la division sexuelle du travail depuis les origines à nos jours ». Rien de moins !

3Les faillites successives des grandes théories générales du social ont rendu les sociologues modestes. Dans ce contexte, le projet d’explication globale d’Alain Testart peut irriter ou séduire, en tous les cas surprendre, par sa recherche de causes ultimes et universelles.

4Les sociétés sont diverses mais l’homme est universel, dit l’anthropologue. D’où la recherche de constantes communes à l’ensemble de l’humanité d’ici et de là, d’hier et d’aujourd’hui, la prohibition de l’inceste en constituant l’archétype. L’amazone et la cuisinière ne déroge pas à la règle.

5Le raisonnement est conduit sur la base de faits accumulés au fil du temps par des bataillons d’ethnologues, d’historiens, d’archéologues, de voyageurs ayant recueilli des données sur la question dans plus d’un millier de sociétés réparties sur les cinq continents de la planète. Une succession de chapitres très brefs, centrés chacun sur une façon d’exécuter une tâche productive, cherche à cerner progressivement le sens de pratiques artisanales et agricoles, d’actes proscrits ou prescrits aux femmes, et scande les étapes d’un raisonnement rigoureux destiné à percer l’énigme de leur constance.

6Livrons-en sans attendre la clé. Pour A. Testart, ce sont des croyances — et des croyances précises exposées au fil des pages — qui expliquent « le plus gros » de la division sexuelle de travail depuis les origines à nos jours. La reconduction de ces croyances dans l’espace et dans le temps provient en grande partie de leur force d’inertie.

7Le mode de raisonnement relève de la polémique contre l’erreur première. Il substitue à des explications reçues une nouvelle façon de penser les faits en les articulant autrement. On a longtemps soutenu que la chasse était réservée aux hommes et la cueillette aux femmes sous prétexte que, donnant la vie, les femmes ne pouvaient donner la mort. Or, de nombreuses observations de par le monde attestent que l’exclusion des femmes de la chasse n’est pas totale. Elles y participent à diverses occasions et viennent à bout de petits et même de gros gibiers, guanaco, cervidés, kangourous. Un trait les distingue pourtant des hommes : elles n’emploient jamais d’armes qui font couler le sang des animaux, mais des pièges, des gourdins ou des filets. Lorsqu’Œdipe a découvert qu’il a tué son père et épousé sa mère, il se crève les yeux ; lorsque sa mère, Jocaste, l’apprend, elle se pend. De fait, la noyade, le poison et la pendaison sont toujours les moyens préférés par les femmes pour se suicider alors que les armes, blanches ou à feu, qui font couler le sang sont masculines. Cette aversion des femmes à faire couler le sang ou entrer en contact avec lui se retrouve dans beaucoup d’autres pratiques : le rite de l’eucharistie dans la religion chrétienne où le vin devient le sang du christ exclut les femmes du chœur de l’église où s’effectue cette transsubstantiation. De même, les femmes sont aussi exclues de tous les actes de coupure, sèches comme sanglantes. Le sang ne fonctionne ici que comme une métaphore. Au postulat initial, « une femme ne peut faire jaillir le sang parce qu’il est question d’un tel jaillissement en son corps », A. Testart en substitue un autre à portée plus générale : « la femme ne peut perturber de façon soudaine les corps en leurs intérieurs parce qu’elle est sujette à de telles perturbations en son intérieur ».

8Ce souci d’embrasser à chaque étape un nombre toujours plus grand de faits anime le scénario du livre. Ainsi de la caractérisation progressive du geste technique féminin : moudre, pilonner, écraser relèvent d’un usage très particulier de l’outil, ce que Leroi-Gourhan appelait la percussion posée, qui s’oppose à la percussion lancée propre aux outils et aux armes utilisés par les hommes — javelot, harpon, hache, herminette, etc. Explication : « la femme étant sujette à de graves perturbations qui l’affectent en l’intérieur de son corps, évitera de produire de telles perturbations dans l’intérieur des corps qu’elle travaille ».

9La division sexuelle du travail proviendrait donc en fin de compte de ce que la femme a été écartée des tâches qui évoquaient trop la blessure secrète et inquiétante qu’elle porte en elle — le sang menstruel. Le point clé de l’ensemble de ces croyances serait, comme dans le cas de la prohibition de l’inceste, d’éviter que le sang ne touche le sang, soit la conjonction du même avec du même. De même que l’acte sexuel entre deux êtres du même sang risque de déclencher des catastrophes, la mise en présence de deux êtres pareillement affectés par le sang risque aussi de déclencher des catastrophes. Ainsi la division du travail entre hommes et femmes serait-elle la conséquence de la règle d’exogamie commune à toutes les sociétés étudiées par A. Testart.

10Ces conclusions sont-elles fondamentalement différentes de celles que tirent de leurs constats les sociologues du genre ou du travail ? Oui, du fait d’un mode d’approche entièrement différent de la question. En plaçant l’analyse au niveau des représentations et des croyances, l’anthropologue recherche des cohérences entre des activités prescrites (ou proscrites) aux femmes dans des domaines très divers qui permettent de construire un modèle explicatif. Oui, parce que la représentation de la femme est centrée à l’origine sur le cycle menstruel et sur le sang. Oui, parce que les deux termes de la division sexuée du travail sont décrits pour eux-mêmes sans dire grand-chose de la relation de domination des hommes sur les femmes qu’elle implique.

11Là où Alain Testart rejoint Françoise Héritier, c’est dans le fait que c’est bien une différence biologique observable entre l’homme et la femme qui donne lieu à une réinterprétation culturelle qui s’impose comme naturelle (croyances…), laquelle induit la production de normes sociales particulièrement contraignantes. « Que par ailleurs ces croyances aient contribué à maintenir les femmes dans une position subordonnée, c’est une évidence ». Mais quid des sociologues du genre qui ne s’intéressent pas tant à la question de l’origine de la domination masculine qu’à celle des rapports sociaux qui en découlent, ainsi que des théories féministes queer qui ne posent pas la matérialité du corps comme principielle ?

12L’amazone et la cuisinière n’en est pas moins un livre passionnant qui se lit comme un roman, grâce à ses qualités d’écriture et à un art consommé de l’exposition.

Haut de page

Bibliographie

Guilbert, M., Isambert Jamati, V., 1956, Travail féminin et travail à domicile, Éditions du CNRS, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Baudelot, « Alain Testart, L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 1 | Janvier-Mars 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://sdt.revues.org/495

Haut de page

Auteur

Christian Baudelot

Centre Maurice Halbwachs (CMH), UMR 8097 CNRS, EHESS et ENS
48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
Christian.Baudelot[at]ens.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org