Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Colin Giraud, Quartiers gays

Presses universitaires de France, Paris, 2014, 332 p.
Lydie Launay
Référence(s) :

Colin Giraud, Quartiers gays, Presses universitaires de France, Paris, 2014, 332 p.

Texte intégral

1Colin Giraud propose dans cet ouvrage d’étudier l’émergence des « quartiers gays » comme nouvelle figure de la centralité urbaine dans deux métropoles, Paris et Montréal. Il s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux français et internationaux portant sur les processus de gentrification, c’est-à-dire de transformations sociales, économiques, urbaines et symboliques des quartiers populaires anciens liés à l’afflux de classes moyennes et supérieures. Cependant, il s’intéresse à une forme spécifique de gentrification jusqu’alors peu connue, celle impulsée par des populations homosexuelles masculines, faisant ainsi dialoguer des sous-disciplines habituellement séparées comme la sociologie urbaine et la sociologie du genre et de l’homosexualité. Par contraction de deux anglicismes — gay et gentrification —, l’auteur développe la notion de « gaytrification », à partir de laquelle il explore les manières dont les populations considérées comme minoritaires, car différenciées et stigmatisées en raison de leur orientation sexuelle, se construisent en tant que gay par le développement de modes d’appropriation de l’espace et de manières spécifiques de vivre en ville. Il montre comment ce « travail, individuel et collectif, concret et symbolique, d’investissement et de transformation de certains espaces urbains » (p. 5) se matérialise dans deux quartiers, le Marais à Paris et le Village à Montréal.

2La richesse des matériaux empiriques et la robustesse de la dimension comparative se déploient tout au long des trois parties de l’ouvrage. La première présente la genèse des deux quartiers gays dans une approche socio-historique, en considérant l’émergence d’une centralité marchande gay (chapitre 1), la construction des images du quartier gay (chapitre 2), et l’arrivée progressive puis massive d’habitants homosexuels appartenant aux catégories moyennes et supérieures (chapitre 3). Elle dévoile les transformations profondes qu’ont connu ces quartiers en une trentaine d’années, en montrant comment ces quartiers délaissés sont progressivement revalorisés en devenant « alternatifs » et « branchés », mais pâtissent aussi de l’image péjorative du « ghetto » où régnerait un certain entre-soi.

3La deuxième partie place la focale sur les rapports des gaytrifieurs à leur quartier pour analyser leur rôle dans la gentrification et les mécanismes de délimitation des frontières entre les groupes sociaux présents, tout en déconstruisant le mythe d’une « improbable communauté gay ». Tout d’abord, elle resitue l’installation dans le quartier dans les trajectoires socio-spatiales pour dévoiler le sens que les gays lui attribuent (chapitre 4). S’ensuit une étude des modalités d’investissement du logement et du quartier, qui met l’accent sur les spécificités liées au fait d’être gay et les jeux de proximités et de distances marqués par la distinction sociale qui participent in fine à la production de micro-ségrégations locales entre les gays et les autres populations, mais aussi au sein des populations gays inégalement dotées en capital culturel légitime (chapitre 5). Les différenciations sociales et spatiales s’opèrent également dans les relations de voisinage, qui sont guidées par des logiques d’ouverture et de fermeture à l’altérité selon les positions socio-culturelles et sexuelles (chapitre 6).

4La troisième partie envisage le quartier gay comme une instance de socialisation. Dans ces lieux où se croisent et cohabitent des identités plurielles en quête d’émancipation et de reconnaissance sociales, le quartier contribue à la construction des identités homosexuelles, au même titre que les autres expériences de socialisation. L’engagement dans une carrière gay recouvre donc une dimension spatiale, par la construction de réseaux sociaux et l’apprentissage des modes de vie, des normes socioculturelles et corporelles gays facilités dans ces quartiers (chapitre 7). Mais ces effets socialisateurs opèrent différemment selon les parcours sociaux et les expériences socialisatrices concurrentes, antérieures et simultanées, faisant apparaître des variations générationnelles et historiques, ainsi que la succession de séquences dans les carrières gays qui s’opèrent plus ou moins rapidement et brutalement (chapitre 8). Ces résultats amènent l’auteur à s’interroger sur l’existence d’un « homo pluriel », en référence à l’ouvrage de Bernard Lahire (1998), qui active et/ou inhibe certaines dispositions selon les rapports au temps, aux lieux et au contexte social dans lequel s’inscrivent les pratiques du quartier.

5Cet ouvrage offre donc une véritable exploration des quartiers gays, qui contribue à enrichir la compréhension de la gentrification et, plus largement, des dimensions spatiales des inégalités sociales.

6Tout d’abord, la démarche comparative convainc par sa capacité à rendre compte à la fois des convergences internationales et de la consistance des territoires. Ainsi, l’étude des relations de voisinage montre bien que la gentrification, si elle constitue un des processus majeurs de transformation des quartiers centraux des métropoles mondiales, s’inscrit dans des dynamiques hétérogènes : les enjeux des rapports conflictuels entre les gaytrifieurs et certains voisins d’immeuble (des « petits-bourgeois » et riches étrangers peu présents dans le Marais, des voisins marginalisés et précaires dans le Village) diffèrent entre les deux quartiers, ce qui s’explique par un rythme rapide et très avancé de la gentrification du Marais.

7Ensuite, l’approche par les trajectoires permet de complexifier un des modèles explicatifs majeurs de la gentrification, le modèle « par étapes », en dépassant une de ses apories : le postulat selon lequel la gentrification est un processus graduel et linéaire (voir Lees et al., 2008). Les différentes générations de gaytrifieurs se côtoient plus qu’elles ne se succèdent, et surtout mobilisent des ressources propres (liées aux modes de vie, aux modèles socio-culturels, aux origines et positions sociales) qui alimentent la mutation des quartiers tout en lui faisant prendre des formes et des rythmes différents selon les époques, les lieux et les rapports sociaux (de genre et de classe) qui se jouent localement. À mesure que le processus de gentrification avance, les rapports entre « gentrifieurs » et « gentrifiés » peuvent s’inverser : des gays ayant participé à la gentrification du quartier peuvent quelques années plus tard subir le processus en étant contraints de le quitter pour se loger convenablement. Ici comme ailleurs, la gentrification ne génère pas seulement de la mixité sociale : elle produit aussi l’éviction des ménages moins aisés et ceci, quelle que soit leur orientation sexuelle. On regrette seulement que l’ouvrage ne fournisse au fil de la lecture que peu d’éléments sur les gays évincés (ou en voie de l’être). Toujours est-il que ce résultat majeur plaide pour envisager la gentrification avant tout comme un rapport social d’appropriation inégalitaire de l’espace (à ce sujet voir également Collet, 2015).

8Enfin, si le quartier gay peut représenter un lieu d’enfermement social et d’entre-soi, il est aussi un lieu de conquête spatiale qui concourt à la réhabilitation des identités et cultures homosexuelles au sein de la société. La dimension émancipatrice de la gentrification — bien souvent oubliée — n’est pas spécifique aux quartiers gays (Rose, 1984), mais elle s’y trouve particulièrement exacerbée. Conquérir ces quartiers offre aux gays l’opportunité de se faire une place dans la ville, d’y déployer de nouvelles normes socio-culturelles en s’affranchissant des pesanteurs sociales et de légitimer ces nouvelles normes, à tel point qu’une partie d’entre elles infusent les cultures hétérosexuelles. Comprendre ainsi comment des populations minoritaires parviennent à retourner le stigmate et à faire reconnaître leurs modes de vie et modèles culturels par la gentrification est incontestablement un des apports majeurs de cet ouvrage très riche.

Haut de page

Bibliographie

Collet, A., 2015, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, La Découverte, Paris.

Lahire, B., 1998, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Nathan, Paris.

Lees, L., Slater T., Wyly, E., 2008, Gentrification, Routledge, New York.

Rose, D., 1984, « Rethinking Gentrification: Beyond the Uneven Development of Marxist Urban Theory », Society and Space, vol. 2, n° 1, p. 47-74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydie Launay, « Colin Giraud, Quartiers gays », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 1 | Janvier-Mars 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://sdt.revues.org/498

Haut de page

Auteur

Lydie Launay

LISST-CERS, Université Toulouse Jean Jaurès, Maison de la Recherche
5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse Cedex 9, France
lydie.launay[at]univ-jfc.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org