Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Tom Boland et Ray Griffin (dir.), The Sociology of Unemployment

Manchester University Press, Manchester, 2015, 272 p.
Didier Demazière
Référence(s) :

Tom Boland et Ray Griffin (dir.), The Sociology of Unemployment, Manchester University Press, Manchester, 2015, 272 p.

Texte intégral

1Ce livre rend compte de deux recherches réalisées par des équipes de chercheurs, doctorants et étudiants dans la région de Waterford City, dans le Sud-Est de l’Irlande. Ce territoire est assez typique des villes anciennement industrielles, frappées par un déclin durable et marquées par un niveau élevé de chômage (15 % en 2012 quand les enquêtes ont débuté). Il est considéré par les auteurs comme un laboratoire pour comprendre l’expérience du chômage, d’autant que s’y sont développées les politiques d’activation caractéristiques des modes d’intervention de l’État social contemporain. Le chômage est exploré dans une perspective foucaldienne adossée à la notion de « gouvernementalité », soit un large éventail d’interventions institutionnelles, de normes sociales et d’obligations morales qui structurent les expériences des chômeurs. Les onze contributions, dont la plupart sont cosignées par les coordinateurs, sont ventilées en trois parties bien distinctes.

2La première caractérise ces expériences à partir d’enquêtes variées auprès de personnes privées d’emploi. Le recours à des entretiens approfondis montre les difficultés des chômeurs à donner du sens à une situation fortement marquée par l’attente, la dévalorisation de soi, le rétrécissement des relations sociales, la difficulté à se raconter (chapitre 1). Toutefois les rapports au travail, les manières d’affronter la routine du chômage et les façons de s’adapter à une condition dévalorisée ne sont pas homogènes, comme le souligne la comparaison de focus groups définis par des âges et durées de chômage différents (chapitre 2). Progressivement, ce sont des composantes contextuelles qui sont convoquées pour caractériser les expériences du chômage. L’ampleur de la dépression économique locale et l’inaction des responsables politiques contribuent à ce que les ouvriers frappés par un licenciement collectif vivent la perte d’emploi comme une injustice sociale, un abandon par les pouvoirs publics, une trahison (chapitre 3). Les manières de vivre le chômage dépendent aussi des propriétés des cadres de vie, car l’intensité du chômage dans un territoire est souvent renforcée par la dégradation d’autres composantes de l’environnement comme les bâtiments et l’espace public, la réputation, la sociabilité (chapitre 4). Inversement, le fait de résider dans un milieu rural offre des potentialités d’aménager de façon active la situation de chômage, de prendre des initiatives en vue d’améliorer les conditions matérielles et personnelles de vie (chapitre 5).

3Dans la deuxième partie, les expériences des chômeurs sont explorées à partir d’attentes normatives et d’exigences institutionnelles. Une étude détaillée du formulaire d’enregistrement dans les agences de l’emploi souligne la part de contrôle, surveillance et soupçon qui sous-tend le processus de rapprochement des situations individuelles et de la catégorie administrative (chapitre 6). L’expérimentation par les chercheurs, selon une méthode qualifiée d’autoethnography, des démarches auprès de bureaux d’aide sociale montre que le travail d’établissement des droits réalisé à ces guichets passe par des questionnements intrusifs et des envahissements de l’intimité des usagers (chapitre 7). Le cadrage des expériences est aussi renseigné à partir des manuels de recherche d’emploi qui, à rebours des injonctions à la discipline et des incitations à rester optimiste qu’ils véhiculent (persévérer, penser positivement, avoir confiance, etc.), finissent par renforcer le sentiment d’échec personnel chez ceux qui ne s’en sortent pas (chapitre 8). Puis l’analyse d’une politique d’activation (Pathways to Work) souligne comment elle accroît la pression, la surveillance et la peur des sanctions chez les chômeurs, et comment elle déstabilise leurs expériences en les forçant à adopter des conduites vécues comme non pertinentes, voire absurdes (chapitre 9).

4La troisième partie informe l’expérience du chômage à partir des manières dont elle est considérée dans l’espace public. L’analyse d’un corpus médiatique montre la permanence des tensions qui traversent les catégorisations des sans-emploi, entre victimes du chômage ou pauvres méritants d’un côté, et profiteurs et assistés de l’autre (chapitre 10). C’est ensuite la production statistique sur le chômage qui est décortiquée, ce qui conduit à souligner la performativité des catégories officielles qui, à travers les politiques et institutions publiques, définissent ce que les chômeurs doivent faire et doivent être (chapitre 11).

5Finalement, la variété de ces angles ne nuit pas à la cohérence d’ensemble, et contribue à enrichir une sociologie des expériences du chômage qui reste souvent trop peu contextualisée. Les expériences vécues ne sont pas seulement subjectives, ni même variables en fonction des parcours des chômeurs. Elles sont aussi directement dépendantes de contextes sociaux et institutionnels structurants qui, ici, sont saisis à des échelles multiples : formulaire d’enregistrement administratif, interaction avec un travailleur social, territoire localisé, conjoncture socio-politique, dispositif public d’activation, manuels de recherche d’emploi, discours médiatique, instrument de comptage statistique, etc. Cette piste est suivie de manière constante, et l’ouvrage est à cet égard convaincant et novateur. Il permet de montrer les limites des approches plus classiques de l’expérience du chômage, initiées par la recherche fondatrice bien connue sur Marienthal, et que les auteurs nomment deprivation theory. Selon celle-ci, le chômage est considéré comme une situation de manque d’emploi et de reconnaissance, comme un vide de relations et de significations, comme une infériorité économique et identitaire. À rebours, il ne s’agit pas d’argumenter une vision enchantée de l’expérience du chômage, mais de considérer qu’elle est définie par les institutions qui encadrent et disciplinent les chômeurs.

6La diversité des cadrages institutionnels pris en compte dans l’ouvrage contribue beaucoup à son originalité. Dans une perspective foucaldienne qui reste discrète et qui est adossée à des enquêtes empiriques solides et fines, l’ensemble est conceptualisé comme un assemblage d’institutions et d’actions de gouvernement, c’est-à-dire un système visant à produire une expérience cohérente du chômage. On aurait aimé que les auteurs caractérisent de manière plus systématique et détaillée cette cohérence, afin d’expliciter cette new theory of unemployment qu’ils argumentent. Mais, grâce à la variété des angles d’analyse, ils montrent bien comment la multiplication des intrusions dans la vie quotidienne des chômeurs conduit moins à les rapprocher de l’emploi qu’à invalider ou sanctionner leur propre vécu, que celui-ci soit marqué par le découragement, la débrouillardise, le désespoir ou l’entraide. Le résultat le plus stimulant de ce livre est d’établir le caractère absurde, voire proprement renversant, de cet encadrement : loin de produire une activation des chômeurs, il rend leurs expériences plus difficiles et pénibles, et c’est là la signification principale de cette gouvernementalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Demazière, « Tom Boland et Ray Griffin (dir.), The Sociology of Unemployment », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://sdt.revues.org/643

Haut de page

Auteur

Didier Demazière

Centre de sociologie des organisations (CSO), UMR 7116 CNRS et Sciences Po, 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
didier.demaziere[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org