Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie-Aline Bloch et Léonie Hénaut, Coordination et parcours. La dynamique du monde sanitaire, social et médico-social

Dunod, Paris, 2014, 316 p.
Lucile Hervouet
Référence(s) :

Marie-Aline Bloch et Léonie Hénaut, Coordination et parcours. La dynamique du monde sanitaire, social et médico-social, Dunod, Paris, 2014, 316 p.

Texte intégral

1Partant du constat que le besoin de coordination est inhérent à toute activité humaine (Mintzberg, 1982), Marie-Aline Bloch et Léonie Hénaut proposent de l’étudier dans (et entre) les secteurs sanitaire, social et médico-social. Les auteures soulignent le caractère paradoxal du problème de coordination, dans la mesure où il provient tout autant des manques que des excès d’un système de santé qui se développe et se complexifie.

2Coordination et parcours s’appuie sur plusieurs enquêtes — associant entretiens, questionnaires et étude documentaire — afin d’appréhender la coordination comme une « nécessité pensée » institutionnellement mais aussi comme une « nécessité vécue » sur le terrain (p. 13). En s’intéressant aux dispositifs et aux pratiques professionnelles plutôt qu’aux textes officiels, l’ouvrage se positionne comme une contribution à l’analyse de l’action publique qui relativise la centralité du rôle des pouvoirs publics et déconstruit leur unité apparente (p. 16).

3Les auteures proposent de reconstituer la « trame de la coordination » (p. 11) en développant trois axes de recherches, qui constituent les trois parties de l’ouvrage.

4La première partie retrace la manière dont la « coordination » et le « parcours » ont été construits comme des solutions « consensuelles » (p. 118) pour faire face aux problèmes posés par les changements démographiques, les progrès de la médecine et la complexification du système de santé. Ces deux termes ont permis de faire converger les préoccupations politiques et gestionnaires avec les revendications des usagers à partir des années 1990. Quatre champs sont étudiés de manière approfondie : la gérontologie, le handicap, le cancer et les maladies rares. Au-delà des spécificités propres à chaque secteur, les auteures identifient des arguments transversaux pour structurer la coordination : la lutte contre l’hospitalo-centrisme au profit d’une ouverture vers les dimensions non médicales de la prise en charge, et la participation des usagers aux décisions les concernant.

  • 1 CLIC : Centres locaux d’information et de coordination gérontologique ; SAMSAH : Service d’accompag (...)

5La deuxième partie s’intéresse aux innovations en matière de coordination mises en place à l’échelle territoriale sous différents labels (CLIC, SAMSAH, MAIA, ou encore réseaux de santé1). Le « cycle de vie » des structures est modélisé en quatre phases : le démarrage, la montée en puissance, le fonctionnement en routine et la fin de vie (par disparition ou absorption). Des besoins non couverts sont généralement à l’origine de leur naissance. Elles sont ensuite rapidement contraintes de faire leur place dans la « nébuleuse » concurrentielle de la coordination. Leur survie repose sur un apprentissage organisationnel qui passe par une adaptation aux modifications de l’environnement et aux réactions des usagers. L’interaction entre l’action publique et les initiatives locales est appréhendée à travers ce que les auteures nomment des « méta-processus ». Le passage d’une phase à l’autre est en effet alimenté par les pouvoirs publics lorsqu’ils tentent de rendre les structures conformes aux référentiels législatifs. Quatre « méta-processus » structurants sont identifiés : l’expérimentation, l’évaluation, la modélisation et la généralisation.

6La dernière partie étudie les professionnels de la coordination (infirmières ou médecins coordonnateurs et gestionnaires de cas) et la manière dont ces derniers interagissent notamment avec les médecins. Mobilisant la sociologie des professions et des organisations, les auteures traitent des effets de l’injonction à la coordination sur les professions médicales et sociales, entre menace pour l’autonomie professionnelle pour certains et recompositions professionnelles pour d’autres. Les enjeux professionnels face à la coordination ne semblent pas pouvoir être résumés à des luttes de juridictions (Abbott, 1988), dans la mesure où « la coordination est moins un nouveau territoire professionnel à conquérir qu’une force à l’origine de la transformation des professions et des relations entre professions » (p. 268).

7L’ouvrage prévoit enfin des recommandations concernant la structuration de la coordination, notamment en lien avec le thème des inégalités sociales et territoriales d’accès aux soins. Les auteures remarquent en effet que les expérimentations se concentrent dans des territoires déjà bien dotés. Bien qu’il ne soit pas directement consacré à l’évaluation, l’ouvrage souligne les insuffisances et les imperfections du développement de la coordination. M.-A. Bloch et L. Hénaut parviennent ainsi à étayer la critique répandue qui porte sur la profusion des structures de coordination, leur diversité et leur illisibilité, en expliquant leur émergence et leur développement et en mettant en évidence les tensions entre les pouvoirs publics et les acteurs de terrain, entre une logique de régulation et une logique d’innovation.

8Grâce à l’étude de cas de dispositifs pionniers, la formulation de préconisations de portée plus générale et l’identification d’axes de recherche complémentaires, l’ouvrage répond finalement bien à sa vocation de s’adresser tant à des professionnels de terrain et à des décideurs publics qu’à des chercheurs en sciences sociales. Les apports de ce livre reposent notamment sur la combinaison de plusieurs échelles d’observation. Ainsi, l’analyse des politiques publiques permet de relativiser le poids des cultures professionnelles pour expliquer le déficit de coordination. De plus, la sociologie des professions de la coordination complète les analyses existantes qui insistent sur les figures charismatiques locales et leur engagement sacerdotal. Cependant, si les innovations organisationnelles locales sont étudiées « à l’épreuve » des politiques nationales, l’ouvrage donne moins à voir les interactions avec les modèles internationaux et la spécificité du cas français. L’approche en termes d’action publique aurait aussi pu être complétée par une analyse des modes de financement et des conséquences organisationnelles de l’incertitude portant sur la pérennité des dispositifs (liée au financement par appels à projets, par exemple). On peut enfin regretter le peu d’attention portée aux usagers, qui semblent pourtant occuper une place, au moins indirecte, dans la mise à l’agenda du problème public de coordination puis dans la définition du cahier des charges des dispositifs.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A., 1988, The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labor, University of Chicago Press.

Mintzberg, H., 1982, Structure et dynamique des organisations, Éditions d’Organisation, Paris.

Haut de page

Notes

1 CLIC : Centres locaux d’information et de coordination gérontologique ; SAMSAH : Service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés ; MAIA : Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Hervouet, « Marie-Aline Bloch et Léonie Hénaut, Coordination et parcours. La dynamique du monde sanitaire, social et médico-social », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://sdt.revues.org/870

Haut de page

Auteur

Lucile Hervouet

Centre de sociologie des organisations (CSO), UMR 7116 CNRS et Sciences Po, 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
lucile.hervouet[at]sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org