Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hyacinthe Ravet, L’orchestre au travail. Interactions, négociations, coopérations

Vrin, Paris, 2015, 384 p.
Edwige Rémy
Référence(s) :

Hyacinthe Ravet, L’orchestre au travail. Interactions, négociations, coopérations, Vrin, Paris, 2015, 384 p.

Texte intégral

1Une décennie après la publication en France de L’orchestre dans tous ses éclats de Bernard Lehmann (2002), l’ouvrage de Hyacinthe Ravet complète l’analyse qu’il avait développée en termes de rapports sociaux par une approche plus interactionniste du travail d’orchestres professionnels. Tout en inscrivant l’analyse des interactions de travail au sein des rapports sociaux qui traversent les ensembles qu’elle étudie, la sociologue prend pour objet le « travail d’interprétation » musicale en actes (p. 23). Pour ce faire, elle se positionne par rapport à une importante littérature en musicologie et en sociologie de la musique, allant jusqu’à la sociologie de sa réception. Déconstruisant tout au long de l’ouvrage différentes représentations des métiers d’orchestre, elle démontre que la musique n’est pas « un donné a priori » (p. 51) qui se réduirait à l’exécution du texte de la partition écrite. Le processus par lequel un chef et des instrumentistes produisent un matériau sonore qui leur est propre est ainsi étudié à travers les observations d’interactions entre des chefs d’orchestre, des musiciens et des chanteurs lyriques, en situation de répétition, de concert et d’enregistrement.

2En France et en Allemagne, le suivi sur plusieurs années de chefs d’orchestres, telles Laurence Equilbey et Claire Gibault, a permis à la chercheuse de croiser des analyses d’interactions de travail prises en notes sur un carnet de terrain et sur partitions, des discours recueillis en entretiens, et des annotations de partitions des chefs suivis. Faisant un pas de côté par rapport à son travail de thèse (Ravet, 2000), qui interrogeait la variable du genre chez les musiciens d’orchestre, H. Ravet a notamment enquêté auprès de femmes chefs afin de questionner à nouveaux frais le genre dans l’espace des professions d’orchestre (chapitre 6). Le travail de chef fait l’objet d’une attention particulière : il consiste à favoriser le faire-ensemble musical, en laissant des marges de manœuvre aux instrumentistes dans leur manière de jouer, tout en guidant l’ensemble vers une interprétation qui lui tient personnellement à cœur (chapitre 5).

3La perspective adoptée d’« une sociologie de la musique en action » (p. 51) permet de montrer que la façon dont le texte musical est joué est constamment négociée. L’apport principal de l’ouvrage réside dans la description minutieuse des interactions qui produisent très concrètement la musique (chapitre 3). Ces dernières portent sur la façon de jouer une phrase musicale, une note, ou un silence. H. Ravet décline ces interactions de travail en des situations où s’observent des formes idéales-typiques de coopération, de conflit, de négociation, mais aussi de résistance par la distanciation des musiciens vis-à-vis du chef lors de séances de travail (chapitre 4). Dans une perspective weberienne, les conflits entre certains interprètes, analysés en termes de relations de pouvoir et de positions d’autorité, montrent en filigrane que l’harmonie qui se dégage lors du concert final ne va pas de soi (chapitre 7). Inversement, des situations de coopération plus intense sont décrites dans le chapitre 8. La chercheuse, se faisant plus musicologue, analyse la « créativité partagée » dans ces situations (p. 265), dans une perspective parfois holistique du jouer-ensemble : « 1 + 1 = un autre timbre, autre chose » (p. 320). Tout au long de la démonstration, l’intégration d’extraits de partitions annotées rend visibles les moments de négociation qui arrêtent la musique et rendent possible son travail à plusieurs. Les compétences musiciennes de la chercheuse, dont elle questionne l’usage, lui permettent de rendre compte avec une plus grande précision des interactions au sujet de la qualité du travail réalisé en situation par les interprètes. Ainsi, est rendue possible une « sociologie de la musique à l’écoute du matériau musical » (p. 343).

  • 1 La « gestique » désigne les techniques gestuelles de direction d’orchestre, techniques faisant l’ob (...)

4Au fil de l’ouvrage, H. Ravet veille à ne pas répertorier les seules interactions verbales de travail. Lorsqu’elle observe les gestes de la direction d’orchestre, la sociologue se concentre sur le système de significations auquel ils renvoient. Très anticipée sur la sonorité produite, et réalisée du bout des doigts, la gestuelle du chef peut appeler le jeu piano d’une phrase musicale. Cependant, bien qu’elle se concentre sur la musique en train de se faire, l’ethnographie ne permet pas d’approfondir l’un des résultats les plus originaux de l’ouvrage au sujet des interactions non-verbales de travail. Dans ses observations, Hyacinthe Ravet relève que les gestes du chef Claudio Abbado obtiennent une réponse sonore vive et immédiate des musiciens. Rapportant les propos de ce chef, elle note que le son émis par l’ensemble est juge de la qualité du geste exécuté par celui ou celle qui dirige. Le geste de direction trop clair n’est pas celui qui laisse le plus de liberté d’interprétation aux musiciens et donc une plus belle sonorité d’ensemble, selon C. Abbado. Le chef donne ainsi, selon ses conseils, une plus grande valeur à des gestes de direction moins précis. La description plus approfondie des interactions entre la « gestique » concrètement exécutée1 et le matériau musical y faisant écho, et tout particulièrement ce qu’en disent des chefs en situation, pourrait compléter l’analyse de la « confection du musical au quotidien » proposée par la chercheuse (p. 308). D’autres terrains, où seraient davantage mises en mots ces gestuelles et leurs interactions avec le matériau sonore qui y répond, comme des lieux de formation à la direction orchestrale, pourraient ainsi être interrogés pour mieux explorer ces interactions qui font la musique classique en situation.

Haut de page

Bibliographie

Lehmann, B., 2002, L’orchestre dans tous ses éclats. Ethnographie des formations symphoniques, La Découverte, Paris.

Ravet, H., 2000, « Les musiciennes d’orchestre. Interactions entre représentations sociales et itinéraires », Thèse de sociologie, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense.

Haut de page

Notes

1 La « gestique » désigne les techniques gestuelles de direction d’orchestre, techniques faisant l’objet de conventions au sein de l’espace des professions d’orchestre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edwige Rémy, « Hyacinthe Ravet, L’orchestre au travail. Interactions, négociations, coopérations », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://sdt.revues.org/877

Haut de page

Auteur

Edwige Rémy

Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO), UMR 7170 CNRS et Université Paris-Dauphine, Paris Sciences, et Lettres
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris Cedex 16, France
edwige.remy[at]dauphine.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org