Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sophie Dubuisson-Quellier (dir.), Gouverner les conduites

Les Presses de Sciences Po, Paris, 2016, 480 p.
Jean-Baptiste Comby
Référence(s) :

Sophie Dubuisson-Quellier (dir.), Gouverner les conduites, Les Presses de Sciences Po, Paris, 2016, 480 p.

Texte intégral

1Les relations entre décideurs économiques et politiques sont souvent dépeintes en termes d’influences, de lobbying ou de collusions devant profiter aux premiers et affaiblir les seconds. Cet ouvrage collectif propose une autre vision des rapports entre l’État et le marché. En étudiant des instruments d’action publique ciblant la consommation, il montre que, loin de désarmer face aux acteurs économiques, les pouvoirs publics parviennent souvent à les enrôler, à les contraindre, voire à orienter leurs stratégies de production. La thèse principale avance qu’en démultipliant les dispositifs de gouvernement des conduites, l’État contribue à la régulation des activités marchandes en agissant non pas tant sur la demande que par la demande (p. 44). Un autre poncif sur l’« affaiblissement » de l’État à l’ère néo-libérale est ainsi contesté : en érigeant les comportements individuels en levier efficace de résolution des problèmes, le politique ne se désengage pas de ses responsabilités mais initie bien une action publique à part entière.

2L’introduction situe d’emblée la démarche d’ensemble du côté de l’analyse des politiques publiques. Les onze chapitres procèdent par études de cas et se répartissent en trois parties. La première porte sur quelques domaines d’expertise où des instruments de gouvernement des conduites sont conceptualisés et légitimés. Les contributions donnent à voir des processus conflictuels de standardisation des savoirs d’État relevant du marketing social (chapitre 4), de l’éducation financière (chapitre 2) ou de l’administration de l’impôt (chapitre 1). La seconde partie s’attache à décrire comment l’État coopère plus ou moins aisément avec d’autres acteurs (associations et entreprises en particulier) pour, à l’aide de divers instruments articulés entre eux (fiscalité, étiquettes, labels, indices de prix, économie comportementale…), « gouverner le marché par le marché » (p. 449). En matière environnementale, les pouvoirs publics peuvent ainsi chercher à mobiliser les consommateurs pour peser sur les modes de production industriels (chapitre 5). Les politiques des médicaments génériques ou de régulation des jeux d’argent (chapitres 6 et 7) illustrent comment l’État en vient à intervenir régulièrement dans certains espaces marchands pour les réaménager ou pour orienter des dynamiques concurrentielles comme avec l’instauration du « tiers payant ». La troisième partie s’intéresse aux effets de ce gouvernement des conduites. Quand il s’agit des effets sur les entreprises saisis au prisme du greenwashing ou de la lutte contre l’obésité (chapitres 8 et 9), le propos prolonge les deux parties précédentes pour éclairer comment les acteurs économiques négocient voire contestent les mesures réglementaires cherchant à influencer leurs clients.

3Mais quand sont étudiés les effets sur les individus, alors les contributions deviennent particulièrement originales et suggestives. Le chapitre 10 montre ainsi les limites sociales de l’accompagnement budgétaire. L’observation ethnographique des relations de deux conseillères avec leur conseillée met finement au jour le désajustement entre les principes de l’encadrement des comportements économiques domestiques et les conditions concrètes d’existence de ceux qui ne gèrent pas leur argent comme le voudraient les institutions bancaires ou administratives. Le chapitre 3, bien que placé dans la première partie, étudie également des relations de conseil en matière de conduites économiques et souligne aussi le jeu des dispositions sociales pour expliquer la nature des rapports entre encadrés et encadrants. Il montre en particulier l’homogénéité des parcours socioprofessionnels des « militants » du micro-crédit. Tiraillés entre critique et adhésion au marché, ils n’en constituent pas moins des promoteurs de l’entrepreneuriat disposés à corriger les attitudes jugées non conformes aux exigences marchandes. Enfin, le chapitre 11 part de l’étude des modifications des habitudes alimentaires pour questionner les incidences des normes institutionnelles sur la transformation des pratiques quotidiennes. S’appuyant notamment sur une ACM et une enquête qualitative au sein de trente foyers, cette analyse interclasses rappelle que nous ne sommes pas égaux face aux injonctions à changer de comportement. Il apparaît que le gouvernement des conduites « conforte les classes moyennes dans la nécessité de changer régulièrement leurs pratiques en fonction des prescriptions qui se diffusent, là ou il renforce la propension des classes populaires à ne rien changer, accentuant ainsi paradoxalement certaines des inégalités qu’il vise à résorber » (p. 431). Si les arguments avancés pourraient encore être affinés pour mieux saisir les effets réciproques des différentes variables étudiées, cette contribution suggère bien que derrière le gouvernement des conduites se jouent des rapports de classe feutrés.

4Tout l’intérêt de ces trois chapitres est d’étudier conjointement les dispositifs de gouvernement des conduites et les dispositions sociales de ceux qui y sont exposés. Car, si le concept de gouvernementalité est convoqué dans l’ouvrage pour décrire la philosophie politique de ces modes d’intervention étatique dans la sphère marchande, ces trois contributions indiquent que cette gouvernementalité est socialement située. Elle véhicule des ethos et s’ajuste à des conditions de vie qui correspondent davantage aux réalités des classes moyennes et supérieures. On mesure ainsi combien il est fécond d’inscrire les appropriations comme la fabrique des politiques publiques dans des rapports sociaux de domination, ce que l’ouvrage ne fait toutefois que timidement. Si la conclusion propose une synthèse utile tout en relevant la complémentarité des logiques symboliques et économiques des mesures de sanction et d’incitation, restent dans l’ombre certains aspects sociologiques qui aideraient à déconstruire davantage ce gouvernement des conduites. C’est notamment le cas de sa genèse, des profils et des compétences qu’il (dé)favorise au sein des administrations d’État, ou de ses liens avec le New Public Management qui ne sont évoqués que ponctuellement. Pour prolonger cet ouvrage qui montre efficacement ce que fait le gouvernement des conduites, il serait donc utile d’examiner plus systématiquement qui le fait, pourquoi et dans quelles conditions. Cela conduirait sans doute à penser transversalement ces différents dispositifs pour s’interroger sur les ressorts structurels de leur valorisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Comby, « Sophie Dubuisson-Quellier (dir.), Gouverner les conduites », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://sdt.revues.org/887

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Comby

Université Paris 2 Panthéon-Assas, 92, rue d’Assas, 75006 Paris, France
jbay20[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org