Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mariana Heredia, À quoi sert un économiste. Enquête sur les nouvelles technologies de gouvernement

La Découverte, Paris, 2014, 248 p.
Daniel Benamouzig
Référence(s) :

Mariana Heredia, À quoi sert un économiste. Enquête sur les nouvelles technologies de gouvernement, La Découverte, Paris, 2014, 248 p.

Texte intégral

1Depuis longtemps, la science économique est un objet chéri de la sociologie, qui en scrute, parfois avec inquiétude, les développements. Mariana Heredia propose une lecture informée de la place de la science économique dans le monde contemporain, en posant avec ironie la question proprement économique de son utilité : À quoi sert un économiste ? À ses yeux, la réponse ne va pas de soi. Pour la sociologue, cette réponse doit être multiple et située. Calant son analyse sur une sociologie critique, également inspirée des travaux sur l’économie issus des Science Studies, l’auteure analyse la place progressivement acquise par la science économique depuis quelques décennies, dans le cadre de la mondialisation en particulier. Sans surprise, cette influence tire ses racines de transformations intervenues au vingtième siècle, à travers les liens renouvelés de la discipline avec des institutions nationales ou internationales, spécifiques à la régulation économique ou au contraire beaucoup plus transversales. Parcourant plusieurs décennies de rapports tumultueux entre l’économie, la décision publique et la vie sociale en général, Mariana Heredia prolonge une veine déjà fréquentée par de nombreuses recherches en sciences sociales, comme en attestent les travaux de Michel Callon, Frédéric Lebaron ou Marion Fourcade, pour ne citer que les plus lus en France. De manière originale, elle porte attention à des espaces économiques autres qu’anglo-saxons ou européens. Elle considère les pays latino-américains comme de véritables terrains d’expérimentation in vivo. Les anciens pays socialistes offrent un autre espace de diffusion remarquable, au sein duquel les économistes ont aussi joué un rôle clé dans l’avènement de principes libéraux et marchands. Même si l’importance accordée à l’Asie est moindre, l’ensemble compose une vision large des modes d’influence des économistes dans la mondialisation.

2Le livre se compose de deux parties. Historique et sociologique, la première partie présente trois manières différentes de rendre compte sociologiquement des développements de la science économique. La première manière est depuis longtemps attachée à l’étude des dynamiques de professionnalisation de la discipline, qui se différentie d’autres sciences sociales en particulier. Dans cette vision, l’économiste apparaît volontiers comme le « médecin » des crises économiques. Une deuxième manière de voir l’économie relève d’une sociologie critique de la domination. Elle voit l’économie comme un champ de forces, lui-même organisé par le capitalisme, au point d’en devenir un vecteur dominant. De médecin, l’économiste se change en prophète prosélyte, prêchant les vertus du marché. La troisième manière, enfin, insiste sur la puissance impersonnelle de dispositifs anonymes, servant de supports techniques à la diffusion de pratiques et de calculs inspirés de l’économie. Le prophète charismatique cède alors le pas à une armée d’experts anonymes. Proposés par des courants différents de la sociologie, au point d’être parfois antagoniques, ces regards constituent ici autant de points de vue complémentaires, que Mariana Heredia fait dialoguer sans cacher ses préférences pour l’analyse critique. La « thèse professionnaliste » est ainsi prise à revers par la « contre-attaque critique », avant de s’enliser dans l’anonymat d’une « raison technoéconomique » aux redoutables effets performatifs.

3La seconde partie de l’ouvrage est plus sociopolitique. Elle se présente, avec une même ironie, comme « un mode d’emploi » des sciences économiques en politique. Les modalités d’intervention, parfois brutales, des économistes y sont disséquées. Deux plans sont abordés. D’un point de vue proprement politique, d’abord, les économistes tirent volontiers parti d’incertitudes, qui leur apparaissent comme autant d’opportunités d’action. À travers de nombreux exemples régionaux, Mariana Heredia isole un cycle récurrent d’intervention : appelés à surmonter des difficultés conjoncturelles, des économistes proposent des solutions institutionnelles, qui souvent les aggravent. Au cours d’épisodes plus catastrophiques, ils préconisent ensuite en ultime recours des solutions plus radicales, en phase avec un agenda libéral international. Les élites nationales sont discréditées et les options préconisées adoptées. Des aménagements doivent alors être définis localement pour articuler des solutions extrêmes aux réalités sociales propres à chaque espace régional. D’un point de vue plus sociologique, ensuite, ces interventions correspondent à des changements de rapports sociaux. L’organisation démocratique organisée autour d’espaces nationaux et socialement segmentés est mise à mal par des logiques et des solutions économiques internationales, et par l’individualisation marchande qui les accompagne. La représentation politique s’en trouve fragilisée, tandis que des modalités techniques et impersonnelles de contrôle orientent davantage les comportements individuels, en conformité avec les nouvelles logiques d’ensemble. Au-delà d’hybridations locales, ces dynamiques se déploient à l’échelle internationale tandis que les gagnants du nouvel ordre économique et les experts qui en favorisent le déploiement technique se fondent dans l’anonymat. Loin d’être les architectes, les médecins ou les prophètes du nouveau système, les économistes en deviennent les experts laborieux. On sait du moins à quoi sert alors un économiste...

4À défaut d’être étonné par ce paysage critique, le lecteur se laisse capter par l’enchaînement volontariste des séquences, par le sens efficace des formules et par le rythme soutenu d’une démonstration aussi élégante qu’implacable. Il est récompensé par quelques excursus régionaux, latino-américains ou post-soviétiques par exemple. Se démarquant d’une recherche purement académique ou fondée sur des données empiriques originales, l’ouvrage se présente comme un essai engagé, informé des sciences sociales contemporaines. Il leur emprunte de nombreuses références et des grilles de lecture familières des sciences sociales françaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Benamouzig, « Mariana Heredia, À quoi sert un économiste. Enquête sur les nouvelles technologies de gouvernement », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://sdt.revues.org/890

Haut de page

Auteur

Daniel Benamouzig

Centre de sociologie des organisations (CSO)
UMR 7116 CNRS et Sciences Po
27, rue Saint-Guillaume, 75007 Paris, France
daniel.benamouzig[at]sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org