Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jérôme Aust, Bâtir l’université. Gouverner les implantations universitaires à Lyon (1958-2004)

L’Harmattan, Paris, 2013, 300 p.
Éric Verdier
Référence(s) :

Jérôme Aust, Bâtir l’université. Gouverner les implantations universitaires à Lyon (1958-2004), L’Harmattan, Paris, 2013, 300 p.

Texte intégral

1Il y a une quinzaine d’années, Christine Musselin avait montré à quel point comprendre le sens et la portée des mutations contemporaines de l’université française nécessitait de les analyser à l’aune de la longue durée (Musselin, 2001). Même s’il se limite au demi-siècle, l’ouvrage de Jérôme Aust relève d’une démarche similaire, mobilisant des travaux d’historiens pour se doter du recul nécessaire et s’efforçant, en conclusion, d’éclairer les enjeux à venir. À première vue, l’objet sur lequel se focalise ce livre est quelque peu austère. Mais le lecteur comprend vite que cette focale lyonnaise le plonge au cœur des grandes vagues de la démocratisation de l’accès aux études supérieures, des années soixante au milieu de la décennie écoulée, en vue de comprendre comment l’action publique s’est organisée pour y faire face, dans des conditions souvent délicates. Au travers de la comparaison de deux projets lancés à plus de trente ans d’intervalle, le livre confronte les plans d’investissement des années 1960 au « Schéma Université 2000 » (U2000) du début des années 1990 ainsi qu’au plan « Université du 3e millénaire » (U3M) mis en œuvre à compter de 1997.

2L’ambition du livre n’est pas mince : il vise à faire ressortir les conditions qui président au changement de l’intervention publique dans le cours d’une décentralisation maintenant pluri-décennale. Pour répondre à la classique question « Qui gouverne ? », Jérôme Aust adopte une méthode socio-historique appliquée à un espace bien délimité afin de rendre compte, « en partant du bas », de la redistribution des pouvoirs d’agir ainsi que des capacités d’initiative, de financement et de conduite de politiques mettant aux prises le triptyque État - collectivités locales - instances universitaires. Sont ainsi mobilisés des corpus d’archives inédits tandis qu’est patiemment rassemblée une documentation dispersée, non seulement entre diverses institutions locales et nationales mais aussi entre nombre de protagonistes individuels, pour les uns encore actifs, pour d’autres retirés des affaires, parfois depuis nombre d’années. Parallèlement, ont été réalisés de nombreux entretiens auprès des parties prenantes ; leur contenu a été systématiquement confronté aux apports des archives et de la documentation.

3L’exploitation de ces matériaux est organisée en quatre temps : après avoir retracé l’évolution des institutions et des acteurs engagés dans ces projets (chapitre 1), l’auteur analyse la restructuration des modes d’intervention des administrations centrales (chapitre 2), puis s’intéresse à la portée de la participation des acteurs locaux (chapitre 3) avant de consacrer le dernier chapitre aux changements qui affectent la régulation des intérêts et l’élaboration des compromis indispensables à l’effectivité des projets d’implantation. Les résultats relativisent fortement la thèse, désormais classique, selon laquelle un État dirigiste organisé en secteurs d’intervention cloisonnés aurait largement cédé la conduite de l’action publique à une configuration d’acteurs polycentrique, multi-niveaux et désectorisée ménageant, en outre, une place croissante aux acteurs privés.

4Jérôme Aust avance de solides arguments. Il fait ainsi ressortir que l’intervention de l’État aménageur des années soixante n’était pas aussi structurante qu’annoncé, écartelée qu’elle était entre une instance interministérielle, le Commissariat général au Plan, qui déterminait les grands objectifs sans nécessairement avoir les moyens de leur mise en œuvre, et une administration sectorielle, l’Éducation nationale, dotée d’un réel pouvoir de contrôle mais sans véritable capacité d’initiative. En outre, s’il se confirme qu’à compter des années 1990, les collectivités territoriales s’avèrent incontournables en raison des financements conséquents qu’elles apportent — alors qu’antérieurement elles jouaient un rôle fort modeste —, dans les années 2000 elles ne sont toujours pas en mesure d’influer significativement sur les stratégies qui motivent ces projets de construction de bâtiments universitaires. À l’inverse, nous montre J. Aust, le pouvoir d’orientation et d’impulsion du cabinet du Ministre est incontestable, qu’il s’agisse d’U2000 ou du plan U3M. En outre, d’un projet à l’autre, le poids des intérêts privés reste marginal.

5Cette relative continuité tient pour beaucoup à la prégnance des communautés universitaires sur le cours des politiques d’implantation, capables qu’elles sont de rendre ineffectives les injonctions ministérielles durant les années soixante ou d’endiguer le volontarisme intrusif des collectivités territoriales dans la période récente. En retraçant méticuleusement les parcours individuels, J. Aust montre ainsi que, d’une période à l’autre, les universitaires ne cessent de disposer de relais efficaces par l’entremise des recteurs, qui sont systématiquement des professeurs d’université tout comme nombre de directeurs des administrations centrales du ministère de l’Enseignement supérieur. En outre, parmi les figures politiques majeures des exécutifs locaux (mairie, communauté urbaine, région), certaines sont elles-mêmes des universitaires (Jean-Michel Dubernard, Raymond Barre, Jean-Jacques Queyranne notamment) tandis que de nombreuses autres comptent des enseignants-chercheurs parmi leurs très proches conseillers. Aussi, il est assez convaincant d’avancer qu’une régulation territoriale ne se substitue pas à une régulation sectorielle, puisque les orientations comme la mise en œuvre des politiques d’implantation restent l’apanage d’acteurs propres à l’enseignement supérieur.

6Mais pour autant, l’auteur ne nie pas que l’action publique connaisse, dans ce domaine comme dans d’autres, une profonde restructuration, ce dont témoigne clairement l’effacement progressif de deux piliers de l’État interventionniste des années 1960, à savoir les instances interministérielles et l’administration déconcentrée de l’Équipement. Subtilement, il nous montre que le changement passe aussi et peut-être avant tout par une transformation interne des acteurs de l’enseignement supérieur. Ainsi, « le sacre des présidents d’université » au détriment des doyens des facultés et de leurs assesseurs contribue à bouleverser la régulation des politiques d’implantation : au face-à-face antérieur entre doyens et administrations centrales se substitue, au fil du temps, l’intermédiation des recteurs d’académie qui favorisent la constitution d’une communauté territoriale de l’enseignement supérieur, associant universités et grandes écoles et cherchant à promouvoir une stratégie collective auprès des financeurs clés que sont désormais les collectivités locales, de plus en plus convaincues que l’attractivité de leurs territoires dépend du développement d’un enseignement supérieur de qualité. L’émergence de cette configuration n’est pas exempte de tensions, le Conseil régional s’inquiétant, par exemple, des risques d’une polarisation excessive des ressources sur la métropole lyonnaise au détriment des universités périphériques.

7La conclusion met en valeur trois tendances récentes qui pourraient constituer une nouvelle donne : des modalités de financement qui confèrent aux entreprises privées en charge du bâti un rôle considérablement accru ; un changement d’échelle avec l’institutionnalisation de pôles d’enseignement supérieur multi-établissements et intersites (Lyon et Saint-Etienne) ; une mise en compétition des établissements et des collectivités par le biais d’appels d’offres sélectifs lancés par le Ministère, en vue de faire émerger des entités d’enseignement et de recherche de taille et de renommée mondiales, au risque de déclasser toutes les autres.

8Quelques questions demeurent, une fois la lecture achevée, certaines étant d’ailleurs esquissées par l’auteur. Dans quelle mesure la capacité récurrente des acteurs lyonnais — établissements d’enseignement supérieur et collectivités territoriales — à construire des jeux plutôt coopératifs est-elle une spécificité qu’on ne retrouverait peut-être pas dans toutes les métropoles régionales ? Peut-on dissocier, hier et plus encore récemment, les politiques relatives aux implantations universitaires destinées à absorber les flux d’étudiants, de celles qui ont trait à la recherche, ces dernières donnant probablement aux collectivités territoriales et aux entreprises la possibilité de peser plus directement sur certains choix stratégiques ? Par voie de conséquence, n’aurait-il pas fallu disposer de contrepoints relatifs à des implantations mettant en jeu les sciences de la nature et de la vie, les deux projets étudiés concernant les sciences humaines et sociales ?

Haut de page

Bibliographie

Musselin, C., 2001, La longue marche des universités françaises, Presses universitaires de France, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Verdier, « Jérôme Aust, Bâtir l’université. Gouverner les implantations universitaires à Lyon (1958-2004) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://sdt.revues.org/897

Haut de page

Auteur

Éric Verdier

CNRS et Aix-Marseille Université
Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST)
35, avenue Jules Ferry, 13626 Aix en Provence Cedex 01, France
eric.verdier[at]univ-amu.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org