Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nicolas Charles, Enseignement supérieur et justice sociale. Sociologie des expériences étudiantes en Europe

La Documentation française, Paris, 2015, 196 p.
Aurélien Casta
Référence(s) :

Nicolas Charles, Enseignement supérieur et justice sociale. Sociologie des expériences étudiantes en Europe, La Documentation française, Paris, 2015, 196 p.

Texte intégral

1Inspiré par les réflexions de François Dubet qui signe la préface de l’ouvrage, Nicolas Charles présente ici son travail de thèse et propose une comparaison ambitieuse des expériences étudiantes dans trois pays : la France, le Royaume-Uni et la Suède. L’ouvrage est assez court mais riche de références académiques et de données (institutionnelles, qualitatives et quantitatives) sur les trois systèmes nationaux. Il propose aussi un fil conducteur original puisqu’il entend mettre en évidence dans chacune des trois sociétés « les principes de justice qui guident presque inconsciemment les pratiques concrètes des individus [étudiants] et des institutions [de l’enseignement supérieur] » (p. 13).

2Le propos est découpé en six parties bien construites qui conduisent N. Charles à comparer successivement les « structures » des systèmes nationaux, leur mode de financement, leur rapport à la sélection, les mécanismes d’orientation des étudiants, le lien qu’ils font entre études et emploi et finalement les conceptions de la justice sociale qui sont les leurs. L’analyse repose sur les documents produits par les ministères de l’enseignement supérieur et leurs agences, les enquêtes statistiques Eurostudent et Reflex, des observations d’établissements et une vingtaine d’entretiens menés avec les étudiants dans chacun des trois pays. Sur ce dernier point, l’auteur a pris le parti de comparer dans chacun des pays deux établissements différents, l’un relevant d’une « formation prestigieuse » (HEC pour la France), l’autre étant une filière de « démocratisation » dans le domaine de l’histoire (Paris 13 en France). Sur la forme, ajoutons enfin que l’ouvrage se lit très bien. On pourra toutefois regretter quelques formulations de nature tautologique ou encore quelques répétitions. Ces quelques points n’enlèvent rien aux qualités générales de l’ouvrage dont les deux principaux apports se retrouvent à nos yeux surtout dans les deux dernières parties.

3Le premier apport tient à la présentation que fait l’auteur des différents types de relations entre formation et emploi qui existent entre les trois pays et également en leur sein. Dans la lignée d’autres travaux plus anciens (Maurice et al., 1982), N. Charles met notamment en évidence toute la « cohérence sociétale » du modèle suédois de relation entre formation et emploi et remarque que « si l’accès aux positions sociales dépend en partie du mérite scolaire, ce lien est considérablement atténué, en amont, par la classification, réduite au minimum, des performances académiques des étudiants et, en aval, par la dispersion très faible de la hiérarchie salariale » (p. 126). Pour la France, il en vient à la suite de ses entretiens à souligner les grandes différences qui existent dans les conceptions de la relation entre études et emploi. Le caractère professionnalisant des formations est soit surestimé (dans le cas des écoles de commerce), soit sous-estimé (dans le cas des universités). Cela génère des contraintes bien différentes pour les étudiants au moment de l’entrée dans le monde du travail. Ceux issus des premières filières se sentent ainsi en permanence contraints de faire leurs preuves. Ceux des filières universitaires maîtrisent réellement des savoir-faire (N. Charles évoque le cas d’une étudiante en histoire qui dispose de solides acquis en matière d’outils informatiques). Mais on ne tient pas compte en France de cette maîtrise, car elle n’est pas directement associée au diplôme que les étudiants détiennent.

4Le second apport de l’ouvrage tient au dévoilement des conceptions de la justice sociale dont sont imprégnés les étudiants et qui participent à la cohérence sociétale des politiques d’éducation et d’emploi à l’œuvre dans les trois pays. Il est par exemple malvenu en Suède de trop prendre en considération les notes obtenues. En Angleterre, on considère qu’il est normal que les apprentissages ne se limitent pas aux savoirs enseignés mais donnent lieu à l’exercice d’un emploi, à un engagement associatif ou encore à la transformation des caractéristiques personnelles en ressources mobilisables. N. Charles montre sur ce point que dans les trois pays, les normes font l’objet d’appropriations multiples par les étudiants, de critiques et de détournements qui soutiennent leur autonomie ou leur entrée sur le marché du travail.

5Parmi les critiques que peut susciter l’ouvrage, on se contentera d’en formuler une de nature générale. Comme le dit l’auteur (p. 169), en France, « il semble plus difficile de déterminer une conception unifiée et cohérente » de la justice et, à le lire et à écouter les étudiants, la tâche semble à peine moins difficile pour les deux autres pays. Ces observations et entretiens, on l’a dit, mettent bel et bien au jour les dimensions de l’expérience qui sont communes au sein d’un même pays. Mais N. Charles s’empêche d’analyser systématiquement — on le voit particulièrement dans la conclusion qui ne traite pas de ses comparaisons d’établissements — ce qui sépare les étudiants des filières de « démocratisation » et ceux des formations « prestigieuses » ou, par exemple, ce qui rassemble manifestement les inscrits des établissements « prestigieux » des trois pays. Ce manque s’explique peut-être par le souhait initial de l’auteur d’inscrire sa réflexion dans le prolongement des travaux de Gosta Esping-Andersen (1991). N. Charles aurait sans doute gagné à engager une discussion critique avec cette comparaison qui ne traite pas directement d’éducation et dont on sait qu’elle surestime considérablement l’homogénéité des modèles politiques nationaux (Salais, 2005).

6Ces réserves ne remettent pas en cause la richesse du travail et des matériaux collectés par N. Charles dans un contexte où l’analyse des discours étudiants et les comparaisons internationales des enseignements supérieurs sont encore très rares.

Haut de page

Bibliographie

Esping-Andersen, G., 1991, The Three Worlds of Welfare Capitalism, Princeton University Press, Princeton.

Maurice, M., Sellier, F., Silvestre, J.-J., 1982, Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne : essai d’analyse sociétale, Presses universitaires de France, Paris.

Salais, R., 2005, « Décrire et évaluer la pluralité des modèles sociaux en Europe. Une approche en termes de dispositifs d’action publique », in Chatel, E., Kirat, T., Salais, R. (dir.), L’action publique et ses dispositifs. Institutions, économie, politique, L’Harmattan, Paris, p. 163-188.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Casta, « Nicolas Charles, Enseignement supérieur et justice sociale. Sociologie des expériences étudiantes en Europe », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://sdt.revues.org/900

Haut de page

Auteur

Aurélien Casta

Institut de recherche sur l’éducation (IREDU), CNRS EA7318, Université de Bourgogne, Pôle AAFE – Esplanade Erasme, BP 26513, 21065 Dijon Cedex, France
aureliencasta[at]wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org