Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marianne Blanchard, Les écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France

Classiques Garnier, Paris, 2015, 412 p.
Gilles Lazuech
Référence(s) :

Marianne Blanchard, Les écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France, Classiques Garnier, Paris, 2015, 412 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Marianne Blanchard, qui est une version remaniée de sa thèse soutenue en 2012 à l’EHESS, contribue de manière significative à la connaissance des écoles supérieures de commerce (ESC) dont la sociohistoire n’avait pas encore été entreprise. Le propos de l’auteure s’articule autour de trois propositions : ne prendre pour objet d’étude que les ESC dont le diplôme est visé par le ministère de l’Éducation nationale ; adopter une perspective historique afin d’inscrire le propos dans la longue durée ; centrer l’analyse sur les écoles afin de « rendre compte de l’essor de ce modèle spécifique que constituent les ESC dans l’enseignement supérieur français » (p. 16).

2Mobilisant archives, entretiens et données statistiques, M. Blanchard met à distance les deux principales thèses généralement avancées pour expliquer la croissance du nombre d’écoles et l’augmentation de leurs effectifs : celle qui voit dans le développement des ESC une réponse aux demandes du monde économique et celle, notamment développée par Pierre Bourdieu, selon laquelle ces écoles ont été créées pour répondre à « la demande de diplômes émergeant des étudiants et de leurs familles » (p. 17). Selon ces deux approches, le développement des ESC serait étroitement lié à des demandes « externes », point de vue qui, pour M. Blanchard, conduit à passer sous silence l’originalité institutionnelle et organisationnelle de ces établissements. L’auteure entend s’attarder sur les spécificités des ESC, ce que rend possible la perspective historique, en portant le regard sur l’autonomie relative dont elles jouissent, selon une approche qu’elle qualifie d’institutionnaliste.

3Prenant au sérieux le concept de champ mobilisé par l’auteur de La Noblesse d’État, M. Blanchard propose d’inscrire l’histoire des ESC au cœur des multiples relations dont elles sont le sujet. Relations entre écoles, d’une part, marquées par des alliances objectives (faire reconnaître le « label » ESC au sein du champ de l’enseignement supérieur) et par des jeux de concurrence interne (en particulier la distinction constamment réinventée entre grandes et petites écoles), relations avec l’environnement institutionnel d’autre part (en particulier l’adhésion à certaines normes académiques), et relations avec le monde économique enfin, dont elles ne se sont jamais totalement affranchies.

4En lien avec la perspective sociohistorique choisie, le livre s’organise autour de trois parties, renvoyant chacune à une période de l’histoire des ESC.

5La première partie (1870-1979) s’attache à montrer de quelle manière les écoles de commerce, à l’origine très attachées au monde économique, cherchent à s’en émanciper pour construire une position originale au sein des établissements supérieurs français et conquérir ainsi une légitimité scolaire qui leur sera finalement reconnue par l’État. Ce cheminement des écoles de province notamment — qui se sont regroupées au cours des années 1960 dans réseau des écoles supérieures de commerce et d’administration des entreprises, ESCAE — vers le statut de grande école n’est pas linéaire. Le chapitre intitulé « Entre pôle économique et pôle académique. Un modèle à légitimer – 1965-1979 » en expose les principaux enjeux, dont ceux apparemment centraux portant sur le mode d’admission des élèves.

6La seconde partie aborde les forces de recompositions et de tensions qui traversent le champ des ESC entre les années 1979 et 1998. Alors que la période précédente correspond à une co-construction par les ESC d’une position spécifique, mais académiquement reconnue, au sein de l’enseignement supérieur, à partir des années 1980 les logiques concurrentielles entre établissements s’intensifient. Ces logiques ont pour effet de construire un « marché des écoles de commerce » (p. 123) que rendent possible la « seconde explosion scolaire » et l’attrait des classes moyennes pour ce type d’enseignement. L’ensemble conduit les ESCAE à se distinguer les unes des autres dans l’espoir de conquérir des « parts de marché » scolaire (p. 142) afin de soutenir une stratégie de diversification de l’offre de formation et attirer un nombre croissant d’élèves. Les palmarès, dont les premiers remontent au début des années 1970, ont pour effet de rendre visible la production de ces différences entre écoles. Au jeu des classements, les ESC les plus prestigieuses (HEC, ESSEC, EDHEC…) renforcent leur position alors que les plus petites perdent l’espoir de parvenir au statut de grande école. Le passage des classes préparatoires à deux ans et le recrutement des élèves par concours sont au cœur des logiques de recomposition du champ des ESC que l’auteure examine minutieusement. Deux stratégies voient le jour : celle du concours commun que choisissent les écoles de rang intermédiaire et celle du concours unique que les écoles les plus prestigieuses adoptent généralement.

7La troisième partie (1998-2010) propose une lecture « à chaud » des évolutions les plus récentes qui marquent les ESC. Fidèle à sa problématique, M. Blanchard rend compte des contraintes qui apparaissent ou qui s’intensifient au cours de cette période — la logique des accréditations, la lutte des classements, l’injonction à la recherche et aux publications dans des revues scientifiques, l’ouverture à l’international, l’appel à de nouvelles sources de financement… — à partir de la manière dont les écoles se les approprient. Le foisonnement d’innovations pédagogiques et la recherche d’une légitimité académique illustrent ce travail d’appropriation qui, en toute fin, consiste à entretenir la distinction entre les petites et les grandes écoles mais également entre elles et les autres établissements à vocation commerciale dont le nombre s’accroît considérablement depuis les années 2000. Comme le précise l’auteure : « rendre compte des évolutions qu’ont connues les ESC depuis la fin des années 1990 n’est pas chose facile, le manque de recul temporel apparaissant comme un obstacle à plus d’un titre ». C’est ici finalement la réserve que l’on émettra au sujet du travail de M. Blanchard. Dans le cadre d’un ouvrage qui vise à rendre compte de la manière dont les ESC se sont construites, la première période n’est-elle pas traitée de manière trop succincte alors que cette dernière partie, qui ne relève pas encore de l’histoire, aurait pu sous la forme d’une longue conclusion annoncer une publication à venir ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Lazuech, « Marianne Blanchard, Les écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://sdt.revues.org/906

Haut de page

Auteur

Gilles Lazuech

Centre nantais de sociologie (CENS), UMR 6025 CNRS et Université de Nantes, UFR de Sociologie, Bâtiment F0, 23, rue du Recteur Schmitt, BP 81227, 44312 Nantes Cedex, France
Gilles.Lazuech[at]univ-nantes.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org