Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jérôme Michalon, Panser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier

Presses des Mines, Paris, 2014, 360 p.
Sébastien Mouret
Référence(s) :

Jérôme Michalon, Panser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier, Presses des Mines, Paris, 2014, 360 p.

Texte intégral

1Les animaux pansent-ils ? Cette question constitue la trame de la sociologie du soin par le contact animalier proposée par Jérôme Michalon. Cet ouvrage dense et stimulant, issu de sa thèse de doctorat en sociologie, met en lumière le rôle des animaux dans des dispositifs thérapeutiques visant à améliorer la santé humaine. Le soin par le contact animalier est investi plus largement comme un laboratoire d’étude des dynamiques de « requalification des relations humains/animaux » dans nos sociétés occidentales. Les régimes relationnels de « bienveillance » et la « singularisation » sont définis, par hypothèse, comme les clefs de voûte d’un processus d’« anthropisation » par lequel s’opère un glissement des animaux de la catégorie de « vivant matière » vers celle de « vivant personne ». La requalification est ici saisie à partir d’« opérateurs » — la santé humaine ; la critique « animalitaire » ; les sciences — que les acteurs du soin par le contact animalier (chercheurs, promoteurs, praticiens, détracteurs, etc.) articulent pour construire un monde professionnel.

2L’approche développée par l’auteur s’appuie sur les apports de la sociologie des sciences, de la sociologie pragmatique et de l’anthropologie symétrique qui ont contribué au tournant « animaliste » dans les sciences sociales, tant dans le champ anglo-saxon des Human-Animal studies que dans celui, en France, des études sur les relations anthropozoologiques. Elle combine diverses méthodes d’enquête : i/ une analyse bibliographique et bibliométrique, inspirée des Science studies, des productions scientifiques internationales sur le soin par le contact animalier ; ii/ une étude des réseaux d’acteurs autour de cette pratique thérapeutique, à partir d’entretiens et d’analyses documentaires (guides de bonnes pratiques, etc.) ; iii/ une ethnographie combinatoire de dispositifs de soin contextualisés (l’association Equus, l’Institut français de zoothérapie et l’association d’Angélique Pérol).

3La première partie de l’ouvrage documente la constitution d’un champ scientifique de savoir autonome, que l’auteur nomme « les interactions avec l’animal à but thérapeutique » (IAT), au sein d’une communauté : l’Human-Animal Interaction (HAI). Elle retrace notamment les trois grandes périodes de la production de références bibliographiques par — et pour — des acteurs en quête de repères cognitifs et de légitimité. Chacune se caractérise par des cultures épistémiques fondées sur des figures différenciées de l’animal (la contingence ; le détachement ; l’attachement), et dont le rôle (objet/sujet, actif/passif, etc.) dans le travail thérapeutique est diversement défini.

4La deuxième partie décrit les réseaux d’acteurs de l’HAI et sa structuration en filière. Parmi ceux-ci, l’industrie animalière, dont la Pet food Industry, a investi les recherches sur les IAT pour légitimer son existence auprès des propriétaires d’animaux de compagnie. Ses ressources financières conditionnent le développement de l’HAI. La profession vétérinaire, pour qui les IAT sont un moyen de s’inscrire dans le champ de la santé humaine, a notamment contribué au développement de l’HAI par la création d’institutions scientifiques et pédagogiques. La professionnalisation de l’HAI s’accompagne également d’une transformation du souci moral de l’animal, à travers une évolution du rapport à la critique animalitaire. Soutenue à l’origine par la mouvance Humane Education, dont la philanthropie intègre des considérations éthiques à l’égard des animaux, l’HAI adopte progressivement une position morale zoocentrée sous l’influence grandissante des associations de protection animale dans l’espace public. Cette seconde partie s’achève par une présentation du monde des professionnels du soin, dont l’encadrement des pratiques répond à un « souci de régulation/optimisation ». J. Michalon expose ici les épreuves constitutives des circuits de qualification de chiens et de chevaux, qui participent à la certification de leurs compétences et à la labellisation des pratiques de soin.

5La troisième partie de l’ouvrage met en évidence la matérialité des dispositifs par l’intermédiaire desquels s’opèrent des rencontres interspécifiques propres au travail thérapeutique. Elle décrit les diverses formes d’« alignement » des patients et des animaux par les praticiens : la mise en relation par la parole, par le corps et par l’objet. L’ouvrage s’achève par l’introduction d’un quatrième opérateur de requalification des relations humains/animaux : le care. L’auteur situe le soin par le contact animalier à l’intersection d’activités de care marginalisées, tant dans la profession médicale que dans les mondes canin et équin. Les activités techniques que sont le cure, l’agility et le dressage freinent le déploiement du care. J. Michalon appelle les acteurs de l’HAI à privilégier le care, non seulement pour son efficacité thérapeutique, mais aussi pour son pouvoir d’anthropisation : humains et animaux deviennent des « vivants personnes » par leur double rôle de pourvoyeurs et de bénéficiaires du care.

6La sociologie du soin par le contact animalier proposée par J. Michalon met en lumière la richesse et la complexité de la réalité morale des relations entre humains et animaux dans nos sociétés, une réalité que l’éthique du care permet d’explorer mais ne peut épuiser. Elle contribue à infléchir le débat contemporain sur la « question animale », saturé d’approches normatives a priori sur la responsabilité morale des humains à l’égard des animaux, qui laissent dans l’ombre cette réalité. Par ailleurs, une question demeure à la lecture de l’ouvrage : les animaux sont-ils des thérapeutes ? On regrette que le rôle de pourvoyeur/bénéficiaire du care des animaux ne soit pas aussi traité sous l’angle du travail, l’effort de symétrisation n’étant pas ici principalement porté par la sociologie du travail et des professions. Celui-ci permettrait d’aller plus loin dans la compréhension du soin par le contact animalier, donc du rôle éventuel de thérapeutes joué par les animaux. Le travail, dont le travail du care, peut également être envisagé comme un vecteur d’anthropisation des animaux, qui participe à la redéfinition des frontières d’humanité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Mouret, « Jérôme Michalon, Panser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://sdt.revues.org/912

Haut de page

Auteur

Sébastien Mouret

UMR Innovation, Institut national de la recherche agronomique (INRA), Campus La Gaillarde, 2, place Viala, Bat. 27, 34060 Montpellier Cedex 02, France
mouret_s[at]hotmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Revues.org